UberPOP : la police interpelle trois chauffeurs illégaux à Bordeaux

le
1
UberPOP : la police interpelle trois chauffeurs illégaux à Bordeaux
UberPOP : la police interpelle trois chauffeurs illégaux à Bordeaux

C'est un coup de canif local dans la stratégie d'Uber en France. Trois automobilistes qui prenaient en charge des passagers après des réservations effectuées via l'application UberPOP de la société américaine Uber, activité interdite par un arrêté préfectoral en date du 10 février, ont été interpellés le week-end dernier à Bordeaux (Gironde). UberPop, une des composantes de la plateforme de VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) Uber, est illégal depuis le 1er janvier mais fonctionne encore tant que la justice n'a pas appliqué la loi.

Des poursuites envisagées

«Les trois chauffeurs ont été interpellés puis entendus à l'Hôtel de police, pendant le week-end, à l'issue de contrôles effectués dans l'agglomération bordelaise», a précisé un porte-parole de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), confirmant une information du journal Sud Ouest. Les trois dossiers ont ensuite été transmis au parquet pour «analyse» en vue de poursuites éventuelles.

Le 10 février, la ville de Bordeaux avait été bloquée par plusieurs centaines de taxis protestant contre la concurrence déloyale de la société UberPOP qui met en relation des clients et des automobilistes qui ne sont pas chauffeurs professionnels. Le préfet de la Région Aquitaine et préfet du département de la Gironde, Michel Delpuech, avait pris le soir-même un «arrêté de police générale, valable sur tout le département de la Gironde», interdisant «l'activité illégale dite UberPop».

Multiplication des contrôles routiers

Depuis novembre, des contrôles ont entraîné une dizaine de procédures. Le préfet a demandé que ces contrôles soient multipliés et que des procédures soient systématiquement transmises à l'autorité judiciaire pour qu'elle leur donne «les suites appropriées». De plus en plus de chauffeurs privés du service Uber X, le service toujours légal d'Uber, se plaignent tout comme les taxis de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lhonderm le mardi 17 fév 2015 à 14:28

    Quel pays rétrograde ! Bientôt, on va rendre obligatoire les porteurs d'eau, et les chevaux de poste comme politique de l'emploi.