UberPOP à Bordeaux : cinq chauffeurs condamnés à une suspension de permis

le
3
UberPOP à Bordeaux : cinq chauffeurs condamnés à une suspension de permis
UberPOP à Bordeaux : cinq chauffeurs condamnés à une suspension de permis

Deux mois après l'interdiction d'UberPOP en France, cinq chauffeurs de taxi ont été condamnés mercredi à Bordeaux, en Gironde, pour exercice illégal de la profession de taxi. Agés de 28 à 70 ans, les cinq hommes - un chômeur, un barman, un chef d'équipe dans le bâtiment, un professeur à la retraite et un vigile - étaient jugés pour des faits commis entre le 20 octobre 2014 et le 24 mars 2015.

Les cinq chauffeurs ont tous été condamnés à quatre mois de suspension de permis de conduire, ainsi qu'à verser 2.500 euros de dommages et intérêts à chacune des quatre organisations professionnelles qui s'étaient constituées parties civiles. Trois d'entre eux ont été condamnés à payer 3.000 euros d'amende, dont 1.000 euros avec sursis. Les deux autres, poursuivis en outre pour travail dissimulé, ont écopé d'une peine de 5.000 euros d'amende, dont 2.000 euros avec sursis.

«A Paris, on est relaxé ! A Bordeaux, on est condamné ! » s'est insurgé à la sortie de l'audience Me Bertrand Favreau, avocat des cinq chauffeurs, qui a laissé entendre que ses clients feraient appel de la décision.

«Ce qui était important, c'était que le tribunal dise que le système UberPOP, c'est un exercice illégal de la profession de taxi», s'est félicité de son côté Me Philippe Milani, avocat de deux organisations professionnelles. «Le tribunal a considéré qu'il y avait un délit de maraudage», a-t-il souligné.

«Les amendes, on sait qu'Uber va les payer. Mais je suis contente pour les suspension de permis, car pour cela Uber ne pourra rien faire», a réagi de son côté Nadège Roy, présidente de l'antenne girondine du Syndicat autonome des artisans taxi (Saat).

Au 30 juin, 202 chauffeurs UberPOP avaient fait l'objet de peines d'amendes, un autre a été condamné à 15 jours de prison avec sursis et 79 procédures étaient en cours de traitement.

Le 3 juillet la société américaine de VTC a annoncé qu'elle suspendait en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le jeudi 3 sept 2015 à 06:46

    L'uberisation est une forme d'économie souterraine. Cette sorte d'économie ruine les économies grecque et italienne faisant échapper à l'impôt et aux charges sociales une part importante du PIB estimée à au moins 25%.Si elle est apparue c'est à cause de l'excès des prélèvements obligatoires et l'incapacité de donner du travail à tous les citoyens capables de travailler et le désirant. Il faut donc réformer l'Etat pour réduire le coût de son fonctionnement en le réorganisant

  • titresyl le mercredi 2 sept 2015 à 18:26

    pourquoi une suspension de permis ..... ils n'ont pas commis de fautes sur la route .... une amende aurait été mieux .... ces juges sont .......

  • titresyl le mercredi 2 sept 2015 à 18:24

    pourquoi une suspension de permis ..... ils n'ont pas commis de fautes sur la route .... une amende aurait été mieux .... ces juges sont .......