Uber : la justice reconnaît le statut de salariés des chauffeurs, en Angleterre

le
0
Uber : la justice reconnaît le statut de salariés des chauffeurs, en Angleterre
Uber : la justice reconnaît le statut de salariés des chauffeurs, en Angleterre

La justice britannique a donné raison, vendredi, à deux chauffeurs de véhicules Uber qui avaient intenté une action contre la plateforme de transports, l'accusant de ne pas respecter le droit du travail. Selon le syndicat GMB, qui a soutenu leur plainte, ce jugement d'un tribunal londonien représente «une victoire monumentale» qui pourrait avoir des conséquences «majeures» pour plus de 30 000 chauffeurs en Angleterre, et au Pays de Galles.

Droit aux congés payés et au salaire minimum

Les plaignants réclamaient de pouvoir bénéficier de vacances, d'indemnités en cas de congés maladie et du salaire minimum garanti par le droit du travail britannique. «Le tribunal a estimé que les chauffeurs Uber étaient des salariés aux yeux de la législation et qu'ils avaient donc droit aux congés payés et au salaire minimum. C'est-à-dire le contraire de ce que suggère Uber qui dit que les chauffeurs sont des travailleurs indépendants, a réagi Nigel Mackay, du cabinet d'avocats Leigh Day. Les chauffeurs d'Uber travaillent souvent de très longues heures juste pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. C'est ce travail qui a permis à Uber de devenir une entreprise mondiale brassant des milliards de dollars», a-t-il ajouté.

 

La justice saisie en France et dans d'autres pays

 

Uber a aussitôt annoncé qu'elle faisait appel de cette décision, qui, selon le secrétaire général de l'intersyndicale TUC, Francis O'Grady, a «permis d'exposer le côté obscur» de la plateforme de transports américaine. «Des dizaines de milliers de personnes à Londres ont choisi Uber justement pour être des travailleurs indépendants et être leur propre patron. L'écrasante majorité de ces chauffeurs veulent garder leur liberté et la flexibilité de pouvoir conduire quand et où ils veulent», a souligné Jo Bertram, responsable régional d'Uber.

 

Des actions en justice similaires sont en cours dans d'autres pays. En France, la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant