Uber jette l'éponge et suspend son service controversé UberPOP en France

le
0
Uber jette l'éponge et suspend son service controversé UberPOP en France
Uber jette l'éponge et suspend son service controversé UberPOP en France

Uber jette l'éponge: la société américaine de VTC a annoncé vendredi qu'elle suspendait en France son service controversé UberPOP, qui a valu à deux de ses dirigeants un renvoi en correctionnelle dans la foulée d'un mouvement de colère des taxis.Le Premier ministre Manuel Valls a salué ce développement, "démonstration que la fermeté du gouvernement, dans ce domaine-là comme dans bien d'autres, a payé", a-t-il assuré. UberPOP "Uber a décidé de suspendre immédiatement UberPOP en France, dans l'attente de la décision que le Conseil constitutionnel doit rendre au sujet du service d'ici fin septembre", a précisé l'entreprise dans un communiqué, soulignant que cette décision intervient "à la suite des actes de violence de ces deux dernières semaines".Une allusion aux manifestations de taxis, émaillées de violences, qui se sont déroulées la semaine dernière contre Uber, accusé de concurrence déloyale avec UberPOP dont les chauffeurs ne sont pas des professionnels du VTC (voitures de tourisme avec chauffeur) mais de simples particuliers.Dans la foulée, l'application similaire Djump a aussi annoncé sur son site sa décision de suspendre son service "compte tenu des sanctions et actions qui ont pu être prises à l?encontre des conducteurs sur d?autres plateformes (saisies de véhicules, gardes à vue, agressions?)".Le communiqué d'Uber ne mentionne pas, en revanche, que la société américaine et deux de ses dirigeants ont été renvoyés cette semaine en correctionnelle, à cause justement d'UberPOP. Le directeur général pour la France Thibaud Simphal et le directeur pour l'Europe de l'Ouest, Pierre-Dimitri Gore-Coty, comparaîtront le 30 septembre notamment pour pratique commerciale trompeuse, complicité d'exercice illégal de la profession de taxi et traitement de données informatiques illégal.Les services comme UberPOP sont visés par la loi Thévenoud du 1er octobre 2014, qui a renforcé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant