Uber annonce un fonds de 2 millions d'euros pour les chauffeurs en difficulté

le , mis à jour à 16:58
0
Uber annonce un fonds de 2 millions d'euros pour les chauffeurs en difficulté
Uber annonce un fonds de 2 millions d'euros pour les chauffeurs en difficulté

Les chauffeurs de VTC et des plateformes de réservation, notamment Uber, ont repris les discussions, ce mardi, à 14 heures, au secrétariat d'État aux Transports pour tenter de nouveau de trouver une solution au conflit qui les oppose.  Au sortir de cette réunion, Uber a annoncé la création d'un «fonds de soutien» de deux millions d'euros pour les chauffeurs en difficulté.

 

Les négociations, qui ont duré trois heures lundi matin, ont brièvement repris en fin d'après midi avant d'être (encore) suspendues. Les chauffeurs de VTC (voitures de transport avec chauffeur), qui ont entamé jeudi leur mouvement, demandent une amélioration de leur rémunération et de leurs conditions sociales.

 

À la sortie, Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports a demandé à Uber «une avancée immédiate en gelant temporairement l'augmentation de sa commission, récemment passée de 20 à 25%, le temps de mener ces négociations». Lors de la nouvelle réunion de ce mardi, la société Uber n'a pas répondu favorablement à cette demande. 

 

Uber pourrait baisser sa commission

 

De son côté, Uber a fait savoir ne pas «rejeter cette mesure temporaire mais a demandé un délai supplémentaire afin de faire connaitre la position du groupe.» La plateforme américaine s'est engagée à faire part de sa réponse dès l'ouverture de cette nouvelle réunion.

 

En outre, la plateforme a indiqué que «des décisions concrètes ont été prises depuis le 8 décembre avec une hausse des prix de 13%, en parallèle de la hausse de la commission de 5 points (de 20% à 25%).» Et d'ajouter que «des discussions sont toujours en cours afin de travailler aux évolutions du travail indépendant, à l'amélioration de la protection sociale, ainsi qu'à la rentabilité des chauffeurs VTC indépendants.» 

 

En face, les syndicats de chauffeurs, très remontés, ont menacé d'appeler à une nouvelle mobilisation dès mercredi si ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant