Uber à l'offensive en France à deux jours d'un rendez-vous judiciaire

le
0
Uber à l'offensive en France à deux jours d'un rendez-vous judiciaire
Uber à l'offensive en France à deux jours d'un rendez-vous judiciaire

Sondage montrant le soutien des Français à l'autopartage, lancement d'une pétition en ligne: le leader du VTC Uber était à l'offensive mercredi en France, à deux jours d'un rendez-vous judiciaire qui pourrait décider de l'avenir de son service controversé UberPOP.Uber, plateforme électronique accessible par smartphone, est déjà le numéro un mondial des véhicules de tourisme avec chauffeur (VTC). Son service payant UberPOP met en relation des passagers et des automobilistes qui ne sont pas chauffeurs professionnels.UberPOP a valu le 16 octobre au géant américain une condamnation par le tribunal correctionnel de Paris à 100.000 euros d'amende pour avoir présenté le service comme du covoiturage.La société a fait appel et continue à proposer UberPOP, pour lequel elle revendique 160.000 utilisateurs en France. Elle l'a même décliné la semaine dernière en permettant de partager tout ou partie de la course avec un autre passager ou groupe de passagers, baisses de tarifs à la clé. Mais des sociétés de VTC, dont des filiales du groupe Transdev (codétenu par Veolia et la Caisse des dépôts), et de taxis, criant à la "concurrence déloyale" à un rare unisson, sont passées du pénal au civil, assignant Uber en référé devant le tribunal de commerce de Paris et réclamant la fin des activités d'UberPOP assortie d'une astreinte quotidienne de 250.000 euros en cas de non-exécution. Une audience est prévue vendredi.Mercredi, Uber a affirmé dans un courriel envoyé à des clients que "la solution de transport entre particuliers UberPOP est aujourd'hui menacée par les attaques en justice du groupe Transdev, qui jouit depuis des décennies d'une situation de quasi-monopole sur les transports collectifs français, ainsi que celles de plusieurs syndicats de taxis".- 'Manoeuvre d'intimidation' -"Ces attaques s'appuient sur une loi votée en urgence cet été, sous la pression de lobbies cherchant à protéger leur rente, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant