U Une frayeur, une merveille et une qualification

le
0
U Une frayeur, une merveille et une qualification
U Une frayeur, une merveille et une qualification

De l'un de nos envoyés spéciauxEt Meunier sortit la reprise de volée de l'année ! A 11 contre 10 pendant les dix dernières minutes, le PSG s'est extirpé in extremis d'un mauvais pas grâce à son Belge chez les Suisses. Les frontaliers sont toujours nos meilleurs amis ! Mais voilà un dernier quart d'heure qui fait désordre... A force de rater des occasions à la pelle, le PSG s'est fait bousculer par les sympathiques Bâlois qui n'avaient pourtant impressionné personne jusque-là. Une nouvelle fois son efficacité est en cause. Matuidi a ouvert le score à la troisième occasion franche du club de la capitale du PSG. Il y en aura encore au moins deux énormes après, en seconde période. Le succès à Lille (1-0) l'annonçait, ou le 0-0 plus tôt contre Marseille : cette équipe ne sait pas se mettre à l'abri. Sur un but venu d'ailleurs de Bâle et un positionnement douteux d'Areola, un peu avancé, les Suisses sont revenus avant le show Meunier des dernières secondes. On la tient ! La finale du groupe A de Ligue des champions aura bien lieu entre Arsenal et le PSG le 23 novembre à l'Emirates Stadium pour la première place, bien plus confortable pour aborder les huitièmes de finale, en principe. Paris est déjà qualifié pour le tour suivant mais, à Londres, il faudra grandir pour coller à l'objectif du club de cette première moitié de saison. Dans le contenu, on n'a vu aucune différence avec les années précédentes, si ce n'est qu'il n'y a plus Ibrahimovic pour nous réveiller d'une zlatanerie. C'est un jeu de possession qui trouve parfois son accélération dans les vingt derniers mètres grâce à un amour de passe de Verratti ou qui concrétise sa domination sur un coup de pied arrêté, un corner en l'occurrence, l'obsession dans le passé de Gasset, l'adjoint de Blanc. En reconduisant pour la première fois de la saison le même onze deux fois d'affilée, Emery a éteint toute idée de concurrence. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant