TxCell: 'notre technologie CAR-Treg est unique'.

le
0

(CercleFinance.com) - Directeur général de TxCell, Stéphane Boissel s'est confié à notre rédaction.

Cercle Finance: Vous avez changé de stratégie l'an passé afin de concentrer le plus gros de vos ressources sur le développement de la technologie des CAR-Tregs de la plateforme ENTrIA. Pouvez-vous nous en dire plus sur cette plate-forme ? Où en êtes-vous actuellement?

Stéphane Boissel: ENTrIA est une plateforme permettant l'élaboration et le développement de cellules CAR-Treg pour le traitement des maladies auto-immunes et inflammatoires et du rejet de greffe.

Les cellules T régulatrices (Treg) sont des cellules du système immunitaire en charge de réguler la réponse immunitaire, de mettre en place et de maintenir la tolérance immunitaire. Leur rôle est notamment de contrôler l'induction et la prolifération des cellules pro-inflammatoires. Depuis leur première description, leur rôle a été bien démontré dans la littérature scientifique. L'absence ou la faiblesse du compartiment des Tregs joue notamment un rôle dans de nombreuses maladies auto-immunes à processus inflammatoire.

Les CAR-Tregs que nous développons sont des cellules T régulatrices modifiées génétiquement pour présenter des récepteurs artificiels appelés 'récepteurs chimériques spécifiques d'antigènes' (CAR pour 'Chimeric Antigen Receptor' en anglais). Ces CAR-Tregs sont conçus pour s'activer en présence de l'antigène pour lequel ils sont codés. Cet antigène étant sélectionné de façon à être présent de manière la plus spécifique possible dans les tissus inflammatoires ciblés, les CAR-Tregs ainsi activés peuvent moduler la réaction immunitaire pathologique de façon locale, au niveau des tissus ciblés.

Par exemple, dans le cas de notre programme ciblant le rejet de greffe, nos CAR-Tregs sont conçus pour cibler un antigène présent uniquement dans l'organe greffé, afin de réduire l'inflammation et d'induire une tolérance immunitaire localement et spécifiquement au niveau de cet organe greffé et nulle part ailleurs. Nous venons d'ailleurs de publier une nouvelle preuve de concept préclinique dans un modèle de maladie du greffon contre l'hôte, avec un effet statistiquement significatif sur la survie des animaux pour nos CAR-Tregs humanisés par rapport au bras contrôle. Il s'agit d'une grande avancée pour TxCell qui confirme le potentiel de notre technologie CAR-Treg et nous rapproche des essais chez l'homme.

Nous disposons en interne d'autres données précliniques in vitro et in vivo qui montrent des résultats préliminaires prometteurs dans des modèles pertinents de maladies auto-immunes telles que la sclérose en plaques. Ces résultats nous confortent dans notre choix stratégique.

Au cours des prochains mois, nous prévoyons de présenter dans des conférences et/ou de publier dans des revues scientifiques à comité de relecture ces nouvelles données de preuve de concept. Nous publierons ces données dès que possible, mais il ne faut pas les communiquer trop tôt car les enjeux de propriété intellectuelle sont majeurs dans notre domaine. Il est crucial pour TxCell de déposer des brevets pour protéger ses programmes et ses résultats avant toute communication extérieure.

C..F.: Êtes-vous actuellement en discussions en vue de nouer des partenariats pharmaceutiques ?

S.B.: Oui, nous sommes en discussions avec de potentiels partenaires mais celles-ci en sont encore à un stade préliminaire. Nous ne disposons d'éléments de preuve de concept que depuis peu et ce type de discussions qui vise une technologie totalement inédite prend du temps et est incertain. Nous préférons donc ne pas nous prononcer sur un calendrier plus précis.

Notre technologie CAR-Treg est en effet unique et positionne TxCell comme pionnier d'un domaine à l'intersection de 2 secteurs en plein essor, le domaine des CAR-T et celui des Tregs. Le secteur des CAR-T a fait l'objet récemment d'une acquisition de 12 milliards de dollars et d'une première autorisation de mise sur le marché historique par la FDA américaine. Dans le secteur des Tregs, 5 accords stratégiques ont par ailleurs été signés par des sociétés pharma/biotech en moins d'un an.

Cela ouvre ainsi de solides perspectives à nos technologies et nous sommes convaincus que les regards ne tarderont pas à se tourner vers les CAR-Treg.

C.F.:En Bourse, l'action TxCell a perdu environ 28% de sa valeur depuis le 1er janvier. Comment expliquez-vous cette contre-performance ? Quel serait l'impact de Yorkville sur le cours ?

S.B.: En effet, la valeur TxCell a perdu de sa valeur boursière au cours de l'année. Toutefois, nous pensons que le cours de bourse a un fort potentiel de revalorisation si TxCell délivre comme prévu des preuves de concept précliniques additionnelles avec ses programmes CAR-Tregs, comme la journée du 27 septembre le prouve avec une hausse de +35% après l'annonce de notre nouvelle preuve de concept préclinique dans la transplantation.

Par ailleurs, nous suivons également de près toutes les transactions opérées par Yorkville, et de manière générale nous considérons qu'ils se comportent de manière correcte et raisonnable. Dans l'ensemble, les OCABSA Yorkville ont représenté moins de 10% des volumes quotidiens depuis le 1er janvier 2017. À titre d'exemple, Yorkville n'est intervenu que pour 7.000 des 439.000 titres vendus le 15 septembre dernier, soit moins de 2% du volume dans une journée fortement baissière.

Enfin, l'analyse des parts de marché des brokers sur notre titre entre début septembre et la fameuse journée évoquée ci-dessus montre que les 2 intermédiaires les plus actifs à la vente étaient des courtiers qui traiteraient en majorité des ordres de particuliers.

La théorie selon laquelle Yorkville serait responsable de la baisse du cours de TxCell est donc entièrement fausse et ne résiste pas à l'analyse des faits.

C.F.: Vous disposiez de 8,7 millions d'euros au 30 juin 2017. Jusqu'à quand cela finance-t-il la Société ?

TxCell peut financer, pour l'année 2017, les programmes de recherche CAR-Treg, le développement de procédés de production ainsi que les dépenses courantes et de structure de la société.

Nous avons quelques leviers pour prolonger cet horizon d'au moins un trimestre, notamment en décalant certaines dépenses liées au transfert de la technologie chez un CMO. Bien entendu, cela impliquerait un retard par rapport au calendrier que nous nous sommes fixés.

Par ailleurs, il convient de rappeler que des Bons de Souscriptions d'Actions (BSA) attachés aux Actions nouvelles émises en février 2017 sont en circulation jusqu'à fin février. En cas d'exercice de l'intégralité de ces bons, TxCell pourrait financer ses activités jusqu'à l'obtention de l'autorisation réglementaire, prévue d'ici la fin de l'année prochaine, d'une première étude clinique chez l'homme avec un premier CAR-Treg.

Les BSA sont actuellement 'sous la monnaie' avec un prix d'exercice de 2,6 euros par action, mais il leur reste encore un peu plus de 5 mois de vie, et comme indiqué précédemment nous pensons que le cours a un réel potentiel de revalorisation si nous publions de nouvelles données précliniques positives au cours des prochains mois, comme nous l'avons prévu.

Enfin, nous étudions actuellement différentes options alternatives de refinancement. Si l'option choisie devait venir du marché (par opposition à un partenariat stratégique), elle devra répondre à une double problématique: un coût du capital acceptable pour TxCell et un impact dilutif raisonnable pour ses actionnaires ne pouvant pas suivre.

C.F.: Pensez-vous que TxCell pourra poursuivre seul ? Si non, que comptez-vous faire ?

S.B.: C'est une bonne question.L'immunothérapie cellulaire est une industrie à forte intensité capitaliste et cela s'explique de plusieurs façons.

La première est qu'il s'agit d'un secteur totalement nouveau et, comme toute nouvelle technologie, les débuts commencent par du tâtonnement et donc beaucoup d'investissements 'à perte'. La deuxième est que, si l'on compare ce secteur à d'autres secteurs de la biopharmacie, il existe en immunothérapie cellulaire une coexistence d'une R&D 'scientifique' et d'une R&D de production (par rapport à une seule R&D 'scientifique' en chimie ou avec des biothérapies classiques) très consommatrice d'investissement.

On peut ajouter une course effrénée à la propriété intellectuelle dans un secteur totalement 9 où les cartes sont redistribuées (3 des 4 premiers acteurs sont des biotechs pour 1 seule pharma) et les places restent à prendre.

Dans ce contexte, l'avenir de TxCell passera soit par une assise financière solide, que nous n'avons pas aujourd'hui, soit par un adossement à une structure présentant des activités synergiques et plus solide financièrement. Nous serons ouverts à toutes les opportunités à partir du moment où le projet de TxCell, véritable innovation d'origine française et de portée mondiale, aura les moyens de se développer dans des bonnes conditions et que les intérêts de tous, y compris bien sûr ceux de nos actionnaires, seront préservés.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant