Twitter vise loin mais la course est semée d'obstacles

le
0
Twitter vise loin mais la course est semée d'obstacles
Twitter vise loin mais la course est semée d'obstacles

Twitter a perdu plus de 440 millions de dollars depuis 2010 et n'a jamais fait de bénéfices, mais il espère lever 1,6 milliard en Bourse et s'estime à 11 milliards. C'est un pari sur l'avenir, avec un chemin semé d'obstacles.Le réseau social, qui pourrait faire ses premiers pas à la Bourse de New York la semaine prochaine, sera peut-être le prochain poids-lourd du secteur technologique. A moins qu'il ne soit qu'un feu de paille."Twitter est persuadé d'avoir une énorme chance de devenir une plateforme mondiale incontournable, et investit dans cette optique", explique Lou Kerner, fondateur du Social Internet Fund, une société d'investissement spécialiste de l'internet social. "Si le groupe y parvient, il aura une énorme valeur, sinon son prix est très excessif."Les conditions avancées actuellement pour l'entrée en Bourse de Twitter suggèrent une valorisation de 9,3 à 11,1 milliards de dollars. Et l'évaluation reste prudente comparé aux 15, voire 20 milliards qu'avaient envisagés certains experts.Gros potentiel d'influence et de croissanceLou Kerner explique que Twitter est déficitaire à cause de ses investissements en technologies et en personnel. Le réseau social prend le pari de transformer sur le long terme ce qui reste aujourd'hui un produit de niche --232 millions d'utilisateurs dans le monde, contre 1,15 milliard pour Facebook-- en un service bien plus gros, capable de "monétiser" sa base de membres.Twitter a commencé en 2011 à offrir ses services aux publicitaires, sous la forme de messages "sponsorisés", payés par des annonceurs et s'affichant entre les autres publications vues par ses utilisateurs. Il cherche depuis des moyens de développer ce domaine, avec des publicités ciblant mieux les intérêts des utilisateurs.Son influence pourrait être d'autant plus élevée qu'il attire un grand nombre de célébrités, de journalistes et de leaders politiques du monde entier.Michael Pachter, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant