Twitter refuse d'ouvrir un bureau en Turquie, jugeant le "climat" défavorable

le
0
Twitter refuse d'ouvrir un bureau en Turquie, jugeant le "climat" défavorable
Twitter refuse d'ouvrir un bureau en Turquie, jugeant le "climat" défavorable

Twitter a rejeté mercredi les demandes pressantes des autorités turques d'ouvrir un bureau de représentation dans leur pays, y jugeant le "climat" défavorable après son interdiction, et catégoriquement démenti toute "évasion fiscale".Au terme de deux jours de rencontre avec des responsables turcs, l'entreprise américaine s'est réjouie d'avoir pu s'expliquer après les violentes attaques du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan mais a refusé de se plier à ses exigences."Nous n'avons pas accepté d'ouvrir un bureau en Turquie (...) n'importe quelle compagnie émettrait des réserves sur un climat d'investissement dans lequel son service a été interdit", a déclaré à l'AFP le vice-président de Twitter Colin Crowell, lors d'un entretien accordé à plusieurs médias à Istanbul."Nous évaluons l'opportunité d'ouvrir un bureau en fonction du climat d'investissement. Investir plus ici pour développer nos activités est directement lié à la certitude que nous avons, ou pas, de pouvoir assurer la continuité de notre service", a poursuivi M. Crowell.Depuis plusieurs semaines, le réseau de microblogging, comme la plateforme d'échange de vidéos YouTube, fait l'objet de violentes attaques de la part de M. Erdogan, accusés de diffuser largement des accusations de corruption qu'il juge diffamatoires.En pleine effervescence électorale, le chef du gouvernement islamo-conservateur a purement et simplement interdit le 20 mars l'accès à Twitter, suscitant une avalanche de critiques en Turquie et dans le monde entier dénonçant une atteinte à la liberté d'expression et la dérive autoritaire de son régime.M. Erdogan a été contraint de lever cette mesure après un arrêt le 2 avril de la Cour constitutionnelle, la plus haute instance judiciaire du pays.Furieux, le Premier ministre, qui a également coupé l'accès à YouTube le 28 mars, a accusé la semaine dernière Twitter et les autres réseaux sociaux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant