Twitter peut aussi servir à prévenir la criminalité, selon une étude

le
0
Twitter peut aussi servir à prévenir la criminalité, selon une étude
Twitter peut aussi servir à prévenir la criminalité, selon une étude

Des trésors d'information cachés sur Twitter peuvent être extrêmement utiles dans la lutte contre la criminalité, certains délits ou agressions pouvant être détectés à l'avance à condition de les analyser correctement, révèle une étude de l'Université de Virginie.L'analyse de tweets géolocalisés permet de prévenir de 19 à 25 formes de criminalité, en particulier le harcèlement, le vol et certains types d'agressions, selon ces travaux publiés dans le journal scientifique "Decision Support Systems".Ces conclusions sont surprenantes, car, bien sûr, les gens tweetent rarement directement sur les infractions qu'ils vont commettre, souligne le principal auteur de l'étude, Matthew Gerber, du laboratoire de technologie prévisionnelle de l'université. Mais si les tweets n'ont pas de lien direct avec un délit, ils contiennent des éléments précieux sur les activités de leurs auteurs ou sur leur quartier et leur entourage."Les gens tweetent sur leurs activités de tous les jours", explique M. Gerber à l'AFP. "Ces activités routinières les mettent dans un contexte où une infraction est susceptible de se passer. Par exemple, si je tweete que je vais me saouler ce soir et que de nombreuses personnes disent la même chose, nous savons que certaines formes d'infractions associées" à l'alcool vont avoir lieu.M. Gerber et ses collègues ont analysé les tweets de certains quartiers de Chicago, aidés de la base de données de la criminalité de la ville. Ils ont ainsi pu faire des prédictions sur les quartiers où certains types de délits ont des risques de survenir, ce qui peut s'avérer utile pour la répartition du budget sécurité ou le déploiement de policiers sur le terrain. - "Police prédictive" - "Cette approche permet à l'analyste de visualiser et d'identifier rapidement les zones avec une forte criminalité", ajoute l'étude. Car "les infractions à venir interviendront souvent ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant