Twitter, drôle d'oiseau qui fête ses 10 ans

le
0
Twitter, drôle d'oiseau qui fête ses 10 ans
Twitter, drôle d'oiseau qui fête ses 10 ans

Après dix ans d'existence, Twitter reste un drôle d'oiseau dans le secteur technologique, qui peine à accroître son audience et à générer des revenus malgré un statut de pionnier, inventeur d'un nouveau et puissant moyen de communication.Depuis son lancement, il y a une décennie, le réseau social est devenu un outil indispensable pour les journalistes, activistes, célébrités et autres, mais il peine toujours à s'étendre au-delà de cette sphère de "twittos" dévoués.Les habitués ne pourraient plus s'en passer, mais l'entreprise californienne a vu sa cote baisser à la Bourse, plusieurs de ses dirigeants quitter le navire, le nombre de ses employés réduit, et depuis sa naissance, elle n'a jamais été bénéficiaire.Certains analystes estiment que le réseau social va enfin prendre son envol grâce aux candidats à la présidentielle américaine qui utilisent Twitter pour être en contact direct avec les électeurs.Le premier d'entre eux est le candidat républicain à la Maison Blanche Donald Trump, considéré par certains comme l'emblème parfait du petit oiseau bleu : "Il n'y a qu'un seul candidat qui vit et respire Twitter, c'est Donald Trump", explique à l'AFP Trip Chowdhry, analyste chez Global Equities Research."Regardez le résultat : il y a huit semaines, j'aurais dit que les jours de Twitter étaient comptés, mais aujourd'hui je ne dirais plus cela", ajoute-t-il.- 'Twitter crée des rois' -M. Chowdhry a tenu à souligner qu'il ne soutenait en aucune manière le milliardaire, mais il veut montrer l'efficacité de l'outil Twitter pour ceux qui l'ont adopté: "C'est une entreprise qui a du potentiel. Twitter crée des rois".Donald Trump a en effet vu ses adversaires dépenser beaucoup plus que lui dans leurs campagnes, il a même manqué un débat télévisé, mais ses diatribes fréquentes et en temps réel sur Twitter lui valent d'être suivi par près de sept millions d'abonnés."Je suis ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant