Tweets homophobes : le parquet ouvre une enquête préliminaire

le
0
Tweets homophobes : le parquet ouvre une enquête préliminaire
Tweets homophobes : le parquet ouvre une enquête préliminaire

En laissant une totale liberté d'expression à ses utilisateurs, le réseau social Twitter s'est mis à dos le gouvernement et la justice française. Ce mercredi, des sources concordantes ont confirmé qu'une enquête préliminaire avait été ouverte par le parquet de Paris le 14 août dernier, après une plainte de l'association Idaho, pour diffusion de messages homophobes sur la plateforme de microblogging.

L'enquête est donc ouverte pour «provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l'égard d'un groupe de personnes en raison de leur orientation sexuelle». Elle a été confiée à la Brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire parisienne. En cause notamment, une série de tweets, comprenant pour certains le hashtag [mot clef, ndlr] #lesgaysdoiventdisparaîtrecar et #brûlonslesgayssurdu, qui s'étaient multipliés le week-end du 10-11 août.

«Malgré les alertes, Twitter laisse se développer une ambiance de plus en plus homophobe sur ce réseau social et aucune réponse sérieuse n'est apportée», avait alors déploré le Comité Idaho. Dans un communiqué, les ministres des Droits des femmes Najat Vallaud-Belkacem et de l'Economie numérique Fleur Pellerin avaient condamné les messages homophobes sur Twitter. «L'incitation à la discrimination, la haine ou la violence envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine, de leur religion ou de leur orientation sexuelle est contraire à la loi française. Ces actes ou propos sont réprimés par la loi et le canal virtuel qu'ils ont emprunté ne rend pas moins punissables ceux qui les commettent», avaient-elles estimé.

Le gouvernement prend très au sérieux le risque de dérives sur les réseaux sociaux et à déjà rencontré Twitter à ce sujet. D'autant que les cas de suicide d'adolescent après un harcèlement sur un réseau social se multiplient. L'histoire de Hannah, 14 ans, harcelée sur le réseau ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant