Tweet de Trierweiler : Royal se dit «meurtrie»

le
1
VIDÉO - Ségolène Royal a confié ne pas avoir réagi à chaud au soutien de la première dame à son adversaire aux législatives car «le coup était trop violent». «Je demande le respect dû à une mère dont les enfants entendent ce qui se dit...», a-t-elle ajouté.

Ségolène Royal contre-attaque. Elle avait jusqu'à présent refusé de commenter le tweet de Valérie Trierweiler qui soutenait son rival socialiste Olivier Falorni mais la candidate a finalement rompu son silence mercredi soir lors d'une réunion électorale à La Rochelle puis jeudi dans un entretien à Libération. «Je n'ai pas voulu volontairement réagir mardi (jour de publication du message de la première dame, NDLR) car le coup était trop violent», a-t-elle expliqué. «Ça ne veut pas dire que je ne suis pas meurtrie, je ne suis pas un robot...», a ajouté la candidate à la 1re circonscription de Charente-Maritime. Celle qui a eu quatre enfants avec François Hollande a aussi dénoncé l'impact du tweet sur sa famille. «Je demande le respect par rapport à une mère dont les enfants entendent ce qui se dit...»

Même tonalité dans l'interview accordée à Libération. «Face à la violence du coup, je n'ai pas voulu réagir à chaud, car je mène un combat politiqu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 le jeudi 14 juin 2012 à 09:56

    La famille, les enfants, nous sommes donc toujours dans le domaine privé. Madame Royal a toujours utilisé ses enfants, dès leur naissance, dans sa vie politique. Mais ceci ne nous regarde pas.