TVA à 21,2% : si les prix enflaient de 1,6 point

le
0
INFOGRAPHIE - Voyez quel serait l'impact sur votre panier de biens si les entreprises répercutaient totalement sur les prix la hausse de 1,6 point de TVA proposée par Nicolas Sarkozy.

Dimanche soir, Nicolas Sarkozy a annoncé l'augmentation de la TVA «normale» de 19,6% à 21,2% au premier octobre 2012, soit 1,6 point de plus. Sont concernés les produits manufacturés, comme les produits high-tech, mais aussi les vêtements, chaussures, les voitures, etc. Les produits de première nécessité restent soumis à une TVA réduite, à 5,5%. Le taux intermédiaire, passé le 1er janvier 2012 de 5,5% à 7%, ne bougera pas non plus.

Selon le président de la République, «il n'y aura pas d'augmentation» des prix, puisque cette hausse de TVA sera totalement compensée par une baisse des charges patronales, qui allègera le coût du travail. Une position qui fait débat. Mais comment savoir si les entreprises vont jouer le jeu de baisser les prix, sachant qu'elles n'y sont pas contraintes? Elles pourraient choisir de restaurer leurs marges, ou d'investir plus, ou de mieux rémunérer leurs actionnaires... En étudiant ce qu'il s 'est passé dans d'autres pays qui ont augmenté leur TVA, comme l'Allemagne et le Danemark, il a été constaté une forte accélération de l'inflation à court terme, avec une consommation ralentie. Toutefois, l'inflation n' jamais grimpé à hauteur de la hausse de la TVA.

La crainte des «arrondis»

Malgré tout, les fameux «arrondis» peuvent impacter les prix à la hausse. Par exemple, un téléviseur LCD à 470 euros hors taxe: une taxe à 19,6% porte le prix TTC (Toute taxes comprises) à 562,12 euros. Si la TVA augmente de 1,6 point et que l'entreprise répercute une partie de la hausse de la TVA sur son prix, par exemple 1 point, le prix TTC passe à 566,82 euros. En arrondissant à 569,90 euros - proposer un prix psychologique qui ne dépasserait pas 570 euros est monnaie courante -, la différence entre le prix hors taxes et toutes taxes serait de... 21,2%.

L'infographie permet de calculer la différence sur le ticket de caisse, à la fois de la hausse de la TVA réduite, de 5,5% à 7%, intervenue au 1er janvier 2012, et de celle qui serait mise en place si Nicolas Sarkozy était réélu en mai prochain. En revanche, s'il perdait, cette hausse de la TVA normale serait annulée.

LIRE AUSSI:

» À 21,2%, la TVA dépassera la moyenne européenne

» TVA: pas d'augmentation des prix selon le gouvernement

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant