Tusk voit un consensus européen émerger sur les migrants

le
0
    par Alastair Macdonald 
    BRUXELLES, 4 mars (Reuters) - Le président du Conseil 
européen Donald Tusk a dit vendredi voir émerger les premiers 
signes d'un consensus entre pays membres de l'Union européenne 
sur les moyens de résoudre la crise des migrants.  
    Dans une lettre invitant les dirigeants européens au Conseil 
qu'il présidera lundi avec le Premier ministre turc Ahmet 
Davutoglu, il écrit: "Laissez-moi terminer sur une note 
positive. Pour la première fois depuis le début de la crise 
migratoire, je vois un consensus européen émerger."  
    "C'est un consensus autour d'une stratégie globale qui, si 
elle est appliquée avec loyauté, pourra permettre d'endiguer les 
flux et de résoudre cette crise", poursuit-il.  
    Pour préparer le sommet de lundi, Donald Tusk s'est rendu à 
Vienne, Ljubljana, Zagreb, Skopje, Athènes, Ankara, Istanbul et 
Belgrade, sur la "route des Balkans" que les migrants et 
réfugiés empruntent pour gagner le centre et le nord de 
l'Europe, à commencer par l'Allemagne.  
    Dans tous les pays où il s'est rendu, Donald Tusk dit avoir 
constaté que tout le monde souhaitait mettre fin à la politique 
consistant à laisser passer les migrants dans leur périple vers 
l'Allemagne ou la Scandinavie. 
    "Cela ne résoudra pas la crise mais c'est une condition 
nécessaire à un consensus européen", commente le président du 
Conseil européen. "Lundi, il nous faudra confirmer cette 
approche." 
    Un accord sur ce point permettrait de fermer la route des 
Balkans, où ont transité 880.000 migrants en 2015 et 128.000 
autres depuis le début de l'année 2016, estime-t-il.  
    Donald Tusk ajoute que le Premier ministre turc Ahmet 
Davutoglu a convenu avec lui que le flux des migrants pourrait 
diminuer fortement grâce à un programme de rapatriement à grande 
échelle des migrants arrivés en Grèce en provenance de Turquie 
qui ne peuvent bénéficier du statut de réfugié.  
    "La volonté politique est là mais cela représente un défi 
logistique, pour lequel il nous faut soutenir la Grèce. Le 
Premier ministre Davutoglu a également confirmé que la Turquie 
était prête à reprendre tous les migrants appréhendés dans les 
eaux turques", poursuit Donald Tusk. 
    L'UE fournit parallèlement une aide financière à la Grèce 
pour l'aider à prendre en charge les migrants à leur arrivée et 
à les relocaliser plus rapidement dans d'autres pays de l'UE.  
    "Lundi, je voudrais que nous nous mettions d'accord sur le 
fait que tous les outils à disposition de l'UE, y compris une 
relocalisation accélérée, doivent être employés pour répondre 
aux conséquences humanitaires pour les réfugiés, pas seulement 
en Grèce, de manière rapide et efficace", souligne le président 
du Conseil européen.  
 
 (Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant