Tusk-Moscou ne respecte pas les accords de paix en Ukraine

le
0

BRUXELLES, 4 novembre (Reuters) - La Russie ne respecte pas totalement les termes des accords de paix de Minsk-2 sur l'Ukraine et il en sera tenu compte par l'Union européenne lors du réexamen des sanctions à l'encontre de la Russie d'ici la fin de l'année, a déclaré mercredi le président du Conseil européen Donald Turk. De son côté, le gouvernement ukrainien a fait savoir qu'il cesserait de retirer ses armes légères de la ligne de front dans l'est du pays si les séparatistes prorusses continuaient de violer le cessez-le-feu en vigueur. "Il est clair que les accords de Minsk ne sont pas encore totalement appliqués. Cela devra se refléter dans le prochain réexamen des sanctions de l'UE", a déclaré Donald Tusk sur Twitter. Les pays de l'UE ont décidé que les sanctions économiques contre la Russie resteraient en place jusqu'à la mise en oeuvre totale des accords de paix dits de Minsk-2 conclus en février dernier dans la capitale biélorusse. Ces accords, conclus sous l'égide de la France et de l'Allemagne, prévoient que l'Ukraine devra avoir récupéré le contrôle total de sa frontière orientale d'ici la fin 2015. Les sanctions de l'UE contre la Russie expireront le 31 janvier prochain si les Vingt-Huit ne les renouvellent pas. Donald Tusk a également rejeté l'idée que l'UE puisse assouplir ces sanctions contre la Russie en échange de l'aide de Moscou dans la lutte contre l'Etat islamique en Syrie. Ce "serait non seulement immoral, mais également inefficace", a déclaré Donald Tusk sur Twitter. Selon le secrétaire du Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, Oleksander Tourtchinov, il y a eu neuf violations du cessez-le-feu par les rebelles lors des dernières 24 heures dans l'est de l'Ukraine. "En cas de nouvelle violation, (...) les armes (de l'armée ukrainienne) seront immédiatement renvoyées là où elles se trouvaient auparavant", a-t-il déclaré. Le chef rebelle Alexandre Zakhartchenko a de son côté blâmé les forces ukrainiennes pour la rupture de la trêve qui à ses yeux n'existe que sur le papier. "Presque tous les jours, il y a des provocations par les forces ukrainiennes", a-t-il déclaré selon DAN, l'agence de presse des séparatistes. (Francesco Guarascio; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant