Tusk mis en cause à Varsovie pour l'accident aérien de Smolensk

le
0
 (Ajoute réaction de Donald Tusk, édité) 
    VARSOVIE, 21 mars (Reuters) - Le ministre polonais de la 
Défense a accusé le président du Conseil européen, Donald Tusk, 
de s'être entendu avec Vladimir Poutine pour nuire aux intérêts 
de la Pologne après l'accident aérien ayant coûté la vie au 
président Lech Kaczynski et à 95 autres personnes en 2010. 
    Le ministère de la Défense a informé lundi le ministère 
public qu'il soupçonnait Donald Tusk, à l'époque Premier 
ministre, "d'abus de confiance dans les relations extérieures". 
Une porte-parole du ministère public a confirmé cette 
formulation qui s'apparente à une accusation de trahison. 
    Le ministre, Antoni Macierewicz, a déclaré à la Gazeta 
Polska Codziennie : "Tusk a signé un contrat illégal avec 
Vladimir Poutine au détriment de la Pologne et doit en assumer 
la responsabilité." 
    L'ancien Premier ministre polonais a réagi en estimant que 
ces accusations relevaient "d'émotions et d'obsessions". Dans 
des commentaires transmis par courriel, il ajoute qu'il n'est 
pas de sa compétence "de commenter sur des cas de ce genre". 
    Les faits reprochés à Donald Tusk couvrent une période 
allant du 10 avril 2010, date de l'accident près de la ville 
russe de Smolensk, à 2014, année lors de laquelle l'ancien chef 
de l'exécutif polonais est devenu président du Conseil européen. 
    Selon Antoni Macierewicz, Donald Tusk a confié le contrat de 
maintenance du Tupolev Tu-154 à un "ami" de Poutine. "Ce n'est 
pas de la négligence, c'est un délit pénal", a-t-il estimé. 
    Donald Tusk s'est toujours défendu de porter la moindre 
responsabilité dans l'accident qui selon une enquête officielle 
est dû à une erreur de pilotage. 
    Le président du Conseil européen a été reconduit à son poste 
le 9 mars en dépit de l'hostilité de Varsovie, qui l'accuse 
d'ingérence dans la vie publique nationale.  
    Jaroslaw Kaczynski, chef de file du parti Droit et Justice 
(PiS, au pouvoir), juge Donald Tusk "moralement responsable" de 
la mort de son frère jumeau Lech dans l'accident. 
 
 (Lidia Kelly, avec Gabriela Baczynska à Bruxelles, Nicolas 
Delame et Gilles Trequesser pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant