Turquie : vives tensions avec les États-Unis après le putsch manqué

le , mis à jour à 22:05
3
Turquie : vives tensions avec les États-Unis après le putsch manqué
Turquie : vives tensions avec les États-Unis après le putsch manqué

Samedi soir à Istanbul, les Turcs célébraient en masse l’échec du putsch qui a fait au moins 290 morts dans la nuit de vendredi à samedi. Diplomatiquement aussi, la tentative de prise du pouvoir aura des conséquences. Alors que Washington a proposé son aide à Ankara pour enquêter sur le coup d’État, les relations entre les deux pays sont à couteau tiré, l'homme fort de Turquie accusant les États-Unis d'abriter le cerveau du putsch.

 

Erdogan veut l'extradition de son ennemi juré. Décidé à garder la main après la mise au pas des putschistes qui ont tenté de le renverser vendredi soir, le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a, dès samedi matin, accusé son ancien allié devenu ennemi juré Fethullah Gülen. «  Il y a un jeu avec l'armée, et cela est lié à des forces extérieures », a lancé dans l'après-midi le chef de l’État devant une foule de milliers de partisans, évoquant l'imam réfugié en Pennsylvanie sans jamais le nommer. « J'en appelle à l'Amérique, j'en appelle au président » Obama. « Monsieur le président, je vous le dis, renvoyez ou livrez nous cette personne », a-t-il martelé.

 

Gülen réplique et envisage un complot fomenté par Erdogan lui-même. A peine arrivé dans la nuit à l'aéroport d'Istanbul pour reprendre le contrôle du pays, Erdogan avait accusé le prédicateur Gülen et son mouvement Hizmet d'être à l'origine de la rébellion. Fethullah Gülen, 75 ans, qui vit reclus dans le nord des États-Unis depuis 1999, a nié avec force toute implication, condamnant le putsch meurtrier.

 

 

Dans un entretien au New York Times, il a dit « ignorer » qui étaient ses partisans, s'ils avaient participé à la tentative militaire de prendre le pouvoir. « Étant donné que je ne les connais pas, je ne peux pas m'exprimer sur leur quelconque implication », a-t-il expliqué. « Cela pourrait avoir été organisé par l'opposition ou des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 il y a 5 mois

    Quand Poutine aura fini son mandat là bas pourrait-on le nommer à la tête de notre République ...

  • laquitta il y a 5 mois

    erdogan fait arrêter 3000 juges et François Hollande continue de parler de démocratie en turquie . nous n'avons apparemment pas la même notion de démocratie.

  • M6426934 il y a 5 mois

    les états unis vont t-ils bientot comprendre que leur meilleur allié est leur principal ennemi ; de plus lié à daech ;et le comble le pilier oriental de l' OTAN .