Turquie : trois djihadistes présumés voulaient attaquer des intérêts allemands

le
0
Turquie : trois djihadistes présumés voulaient attaquer des intérêts allemands
Turquie : trois djihadistes présumés voulaient attaquer des intérêts allemands

Trois djihadistes présumés planifiaient des attaques contre les missions ou écoles allemandes de Turquie. Ils ont été arrêtés par la police turque à Istanbul. Il s'agirait d'un Turc, d'un Iranien et d'un Syrien.

Leur interpellation mardi a été réalisée grâce à une coopération entre les services de renseignements turc et allemand, ont rapporté le quotidien Hürriyet et la chaîne d'information CNN-Türk. 

La semaine dernière, l'ambassade d'Ankara, le consulat général d'Istanbul et les lycées allemands des deux villes avaient été fermés sur la foi d'informations «très sérieuses» qui suggéraient la possibilité d'attaques contre les missions allemandes, avait justifié le ministre des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier. Les autorités locales turques avaient critiqué la décision allemande, estimant que les renseignements n'étaient pas justifiés. Les fermetures avaient duré deux jours, le 17 et 18 mars.

Fermeture du consulat des Pays-Bas en raison de menaces

Ces arrestations surviennent alors que la police a lancé une chasse à l'homme pour retrouver trois autres Turcs qui, selon les médias, auraient reçu pour ordre de Daech de commettre des attentats dans des lieux publics, notamment à Istanbul. Samedi matin, un kamikaze s'est fait exploser dans la rue piétonne très fréquentée d'Istiklal, au coeur d'Istanbul. Quatre touristes étrangers ont trouvé la mort et 39 personnes ont été blessées dans cette attaque. Les autorités turques ont identifié le terroriste comme étant Mehmet Öztürk, un Turc présenté comme «lié» à Daech. 

Ce mercredi à la mi-journée, les Pays-Bas ont annoncé la fermeture momentanée de leur consulat à Istanbul en raison de menaces terroristes. «Sur la nature de la menace et les informations qui (justifient cette décisions) nous ne pouvons faire de déclarations, pour des raisons évidentes», a ajouté le ministre des Affaires étrangères néerlandais Bert ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant