Turquie : retour à Ankara des 46 ex-otages de l'Etat islamique

le
0
Turquie : retour à Ankara des 46 ex-otages de l'Etat islamique
Turquie : retour à Ankara des 46 ex-otages de l'Etat islamique

Les 46 citoyens turcs détenus depuis juin en otage par les jihadistes de l'Etat islamique ont retrouvé samedi la liberté. Au terme de plus de trois mois de captivité, leur libération et leur retour sains et saufs sur le sol turc a été annoncé au petit matin par une courte déclaration du Premier ministre Ahmet Davutoglu, en visite officielle en Azerbaïdjan. «Tôt ce matin, nous avons récupéré nos citoyens et nous les avons ramenés en Turquie», a-t-il annoncé.

Les anciens otages sont rentrés en avion avec le Premier ministre jusqu'à Ankara. Là, ils ont été accueillis à la mi-journée par leurs familles et des centaines de partisans du parti islamo-conservateur au pouvoir depuis 2002 en Turquie. «Ce sont des héros, comme ceux qui les ont ramenés en Turquie», a lancé Ahmet Davutoglu depuis le toit d'un bus, entouré de quelques ex-otages. «Ils ont attendu fièrement et patiemment. Ils n'ont pas fléchi. Ils sont restés forts (...) ils ont agi pour le bien du pays et notre peuple», a-t-il ajouté avant de rendre hommage aux «forces de sécurité qui ont travaillé de concert pour permettre leur libération».

Aucune rançon versée

Le président Recep Tayyip Erdogan a précisé que les otages avaient été libérés par un commando des services de renseignement (MIT). «Depuis le premier jour de l'enlèvement des otages, notre agence de renseignement a suivi cette affaire avec patience et dévouement et a finalement mené avec succès une opération de sauvetage», a-t-il indiqué dans un communiqué. Interrogé par la chaîne de télévision Habertürk, le ministre des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu a seulement révélé que les otages étaient rentrés en Turquie via la Syrie. Des sources proches des services de renseignement assurent qu'aucune rançon n'a été versée. Le lieu de détention des otages a changé à au moins six reprises et l'opération ayant conduit à leur libération a été reportée à plusieurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant