Turquie : qui sont les 50000 personnes frappées par la purge ?

le , mis à jour à 19:55
0
Turquie : qui sont les 50000 personnes frappées par la purge ?
Turquie : qui sont les 50000 personnes frappées par la purge ?

15 000 personnes arrêtées, 25 000 poursuivies par la justice, 50 000 limogées ou suspendues... Les purges opérées par le pouvoir turc depuis la tentative de coup d'Etat frappent des pans entiers de la société, de l'armée aux médias en passant par le monde de l'éducation. Ces chiffres sont provisoires, et risquent d'évoluer à la hausse dans les prochaines semaines. Mercredi, ces mesures ont été jugées «contraires» à l'Etat de droit, selon le porte-parole de la chancelière allemande Angela Merkel. 

 

Alors que le président Recep Tayyip Erdogan évoque un possible rétablissement de la peine de mort, l'épuration cible des proches présumés du prédicateur musulman Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis depuis 1999, accusé d'être l'instigateur du putsch.

 

Mercredi, le quotidien turc Hürriyet chiffrait à 48 800 le nombre de personnes limogées ou suspendues. Au moins 15 000 ont été emprisonnées, via le régime de la garde à vue ou en détention préventive. Et au moins 9 322 militaires, magistrats et policiers, auxquels il faut ajouter 15 200 employés de l'Education nationale ont fait l'objet d'une «procédure judiciaire», d'après le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus. On ignorait dans l'immédiat si ces personnes étaient comptabilisées dans les 48 800 personnes, un chiffre qui pourrait donc grimper. 

 

VIDEO. L'UE appelle la Turquie à respecter l'Etat de droit

 

 

Education, police, armée, et justice sont les plus durement frappés

Education. Le monde de l'éducation paye le plus lourd tribu avec 38 500 personnes limogés, dont 15 200 fonctionnaires du ministère de l'Education nationale qui font l'objet font l'objet d'une procédure judiciaire. Les missions à l'étranger des universitaires sont également interdites. 

 

Police. La police est également durement frappée : 8 000 policiers ont été limogés et 6 000 placés en garde à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant