Turquie : près de 50 blessés dans un attentat dans l'est du pays

le
0
Turquie : près de 50 blessés dans un attentat dans l'est du pays
Turquie : près de 50 blessés dans un attentat dans l'est du pays

L'explosion d'une voiture piégée a fait près de 50 blessés, dont deux policiers, lundi matin dans la ville de Van, dans l'est de la Turquie.

 

L'attaque est survenue dans le centre-ville, près du siège départemental de l'AKP (Parti de la justice et du développement), parti du président Recep Tayyip Erogan, et du bureau du gouverneur. 

Le bilan provisoire de l'explosion fait état d'au moins 48 blessés, dont deux sont dans un état grave, a indiqué un responsable du gouvernorat, dans un communiqué.

Le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) est montré du doigt par les autorités. La déflagration, survenue au premier jour de la Fête du sacrifice (Aïd al-Adha), n'a toutefois pour l'heure pas été revendiquée.

 

 

The bombing attack appears to have targeted ruling party AKP's local office in city of Van, 11 people injured. pic.twitter.com/4P4CttRgKx

— Abdullah Bozkurt (@abdbozkurt) September 12, 2016

 

 

Bomb-ladenvehicleexplosion tookplace nearthe AKP headquartersin #Van province, causinggreatdamage on the HQ pic.twitter.com/PI3wmPqQlF

— AylinaKlç(@AylinaKilic) September12, 2016

 

Des images de la chaîne de télévision NTV montraient des véhicules de secours, dépêchés sur les lieux, tentant d'éteindre le feu consécutif à l'explosion dans cette ville où vivent Kurdes et Turcs, également très prisée des touristes iraniens.

Plusieurs ambulances étaient présentes sur les lieux de la déflagration, qui a fait voler en éclat de nombreuses fenêtres, selon des témoins.

 

La ville de Van est régulièrement visée par des attaques attribuées au PKK. En août, trois personnes ont été tuées et 73 blessées dans un a attentat à la voiture piégée attribuée à l'organisation kurde. Cette explosion survient au lendemain du limogeage de 28 maires, soupçonnés d'être liés au PKK, qu'Ankara considère comme une «organisation terroriste».

 

Les rebelles du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant