Turquie-Piste djihadiste après la tuerie d'Ankara

le , mis à jour à 18:16
0

* L'attentat a fait 95 morts, selon un bilan officiel * Le HDP avance un bilan de 128 morts * L'enquête se concentre sur l'Etat islamique * Les élections législatives maintenues dans trois semaines (Actualisé, EI mis en cause, arrestations) par Orhan Coskun et Ece Toksabay ANKARA, 11 octobre (Reuters) - Les premiers éléments de l'enquête sur le double attentat de samedi à Ankara semblent mettre en cause les djihadistes de l'Etat islamique (EI), une piste privilégiée par les enquêteurs, a-t-on appris dimanche de deux sources haut placées au sein des services de sécurité turcs. L'une de ces sources, qui a requis l'anonymat, a précisé que l'attentat qui a tué au moins 95 personnes -- 128, selon le parti prokurde HDP -- présente beaucoup de similarités avec celui qui a fait 34 morts le 20 juillet dernier à Suruc, ville turque proche de la frontière syrienne, et imputé à l'EI. "Cet attentat est dans le style de celui de Suruc et tous les signes montrent que c'en est en quelque sorte la copie (...) Ces éléments désignent l'EI (...) Nous nous consacrons à cette piste." Selon l'agence de presse Anatolie, 43 suspects ont été arrêtés à travers le territoire turc, notamment à Izmir, Antalya et Sanliurfa, lors d'opérations visant des sympathisants présumés de l'EI. Plusieurs milliers de personnes en deuil, beaucoup criant des slogans contre le gouvernement turc, se sont rassemblées dans la matinée dans le centre d'Ankara, près du lieu de l'attentat, le plus meurtrier jamais commis en Turquie. Le HDP (Parti démocratique des peuples), très présent lors de la manifestation pour la paix visée par les explosions, a déclaré que le bilan s'élevait à 128 morts et a dit avoir pu identifier toutes les victimes à l'exception de huit. SLOGANS CONTRE LE GOUVERNEMENT Selon le bilan fourni par les services du Premier ministre Ahmet Davutoglu samedi soir, les deux explosions ont tué 95 personnes. Dans un communiqué publié dimanche matin, les services du Premier ministre précisent que 160 personnes sont encore soignées à l'hôpital, dont 65 en soins intensifs. L'attentat a vraisemblablement été commis par deux kamikazes - les explosions ont eu lieu à quelques secondes d'intervalle. Le HDP a accusé la police d'avoir attaqué certains de ses membres qui voulaient déposer des oeillets sur le site dimanche matin. Certains ont été blessés dans la bousculade, indique le HDP dans un communiqué. "Erdogan, assassin", "policiers assassins", scandait la foule place Sihhiye, à l'encontre du président turc Recep Tayyip Erdogan, tandis que la police anti-émeute équipée de canons à eau bloquait une artère menant au quartier du Parlement et des ministères. Le gouvernement nie toute implication dans l'attentat de samedi. Parmi les commanditaires possibles, Ahmet Davutoglu a cité l'Etat islamique (EI), les nationalistes kurdes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et un groupe révolutionnaire d'extrême gauche, le Parti-Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C). RAIDS AÉRIENS CONTRE LE PKK Les élections législatives anticipées prévues le 1er novembre sont maintenues et la sécurité lors des meetings électoraux sera renforcée, a annoncé dimanche un responsable gouvernemental. ID:nL8N12B0AA L'analyse des corps et des empreintes sur les lieux permet de dire qu'un des kamikazes était un homme âgé de 25 à 30 ans, précise le quotidien pro-gouvernemental Yeni Safak. Selon le journal Haberturk, il pourrait s'agir du frère aîné du kamikaze de Suruc. L'autre serait une femme, disent plusieurs médias turcs. Les services du Premier ministre ont identifié dans la nuit 52 des victimes et indiquent que les autopsies se poursuivent. Ils précisent que sur les 246 blessés, 48 sont toujours en soin intensifs. Quelques heures après le double attentat, le PKK a annoncé avoir ordonné à ses combattants de cesser leurs opérations en Turquie sauf en cas d'attaque. Le parti a dit vouloir éviter les actions susceptibles d'empêcher la bonne tenue des élections législatives du 1er novembre. L'armée de l'air turque a cependant poursuivi ses raids contre les séparatistes samedi et dimanche dans le sud-est de la Turquie et dans le nord de l'Irak. ID:nL8N12B0H6 (Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant