Turquie : nouveaux raids contre les rebelles du PKK, un policier tué à Istanbul

le , mis à jour à 00:19
0
Turquie : nouveaux raids contre les rebelles du PKK, un policier tué à Istanbul
Turquie : nouveaux raids contre les rebelles du PKK, un policier tué à Istanbul

Les chasseurs-bombardiers de l'armée de l'air turque ont mené dimanche soir une nouvelle vague de frappes contre les rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans le nord de l'Irak, qui ont riposté en revendiquant un attentat suicide ayant provoqué la mort de deux soldats et rompu la fragile trêve en vigueur depuis 2013. Signe des fortes tensions qui agitent la Turquie depuis une semaine, un policier a été tué par balle à Istanbul dans de violents affrontements avec des manifestants d'extrême gauche, dans un contexte post-attentat marqué par une pluie d'arrestations.

Attaque contre le PKK

Les F-16 turcs ont redécollé dimanche soir de leur base de Diyarbakir (sud-est) pour une nouvelle vague de frappes contre les bases arrière du PKK sur les monts Kandil dans le nord de l'Irak. «Vers 21h00 heure locale (19 heures en France) les avions turcs ont commencé à bombarder certaines de nos positions au nord de Dohuk et au nord d'Erbil», a déclaré un porte-parole des rebelles en Irak, Bakhtiar Dogan. La première série de raids, dans la nuit de vendredi à samedi, a fait voler en éclats le cessez-le-feu unilatéralement proclamé par le PKK et menace de mettre un terme au processus de paix engagé il y a près de trois ans pour mettre un terme à un conflit qui a fait près de 40.000 morts depuis 1984.

Dès samedi, le PKK avait proclamé la fin de la trêve. «Les conditions du maintien du cessez-le-feu ont été rompues (...) face à ces agressions, nous avons le droit de nous défendre», a indiqué l'organisation sur son site internet. Quelques heures plus tard, une voiture piégée a explosé dans le district de Lice, près de la grande ville en majorité kurde de Diyarbakir (sud-est), provoquant la mort de deux militaires et en blessant quatre autres, selon le gouvernorat de la province. Les représailles ont été revendiquées dimanche par l'aile militaire du PKK, les Forces de défense du peuple (HPG), qui a parlé ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant