Turquie : manifestations à Istanbul et Ankara, Erdogan laché par des députés AKP

le
0
Turquie : manifestations à Istanbul et Ankara, Erdogan laché par des députés AKP
Turquie : manifestations à Istanbul et Ankara, Erdogan laché par des députés AKP

Lacrymogènes et Toma (les canons à eau) étaient de sortie ce vendredi soir à Istanbul. Aux alentours de 19 h, la police turque a dispersé plusieurs centaines de protestataires qui tentaient de rejoindre la place Taksim, le fief de la révolte en juin dernier.

Mêmes scènes de colère dans la capitale, Ankara, où des manifestants ont déferlé dans les rues aux cris de «Tayyip démission».

Ces protestations font suite aux défections au sein du parti AKP, de Recep Tayyip Erdogan, Premier ministre actuellement au pouvoir. Ce vendredi, trois députés turcs, dont un ex-ministre, ont en effet remis leur démission. Des départs en cascade qui s'ajoutent à ceux de trois ministres (Intérieur, Economie et Environnement), ayant conduit jeudi soir à un remaniement en urgence et en profondeur du gouvernement en place. Tous sont impactés par un l'affaire de corruption qui éclabousse le gouvernement. Au total, vingt-quatre personnes ont été placées en détention préventive pour leur implication supposée dans un scandale financier de grande ampleur. Ils sont soupçonnés d'avoir accepté des pots de vins dans le cadre de projets immobiliers.

Guerre fratricide entre Fethullah Gülen et Recep Tayyip Erdogan

Dans la soirée de ce vendredi, non loin des foules en colère, le Premier ministre Turc, Recep Tayyip Erdogan s'est voulu rassurant devant ses fidèles. Il s'est exprimé devant un parterre de partisans acquis à sa cause dans le quartier d'Uskudar à Istanbul. Il a une nouvelle fois dénoncé un «complot», pointant en filigrane Fethullah Gülen, le leader d'un mouvement musulman exilé aux Etats-Unis. Erdogan accuse en effet ce dernier d'être à l'origine de l'enquête anticorruption qui a provoqué la démission de ses collaborateurs. Fethullah Gülen reste en effet très influent au sein de la police et la magistrature turques.

«Nous avons à faire à une rivalité entre les deux groupes conservateurs du pays, ce n'est pas une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant