Turquie : malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas

le
0
Turquie : malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas
Turquie : malgré la répression, la mobilisation ne faiblit pas

Les interventions de la police turque n'ont pas eu raison de la détermination des manifestants. Pour le quatrième jour consécutif, les contestataires ont continué ce lundi de défier le gouvernement islamo-conservateur de Recep Tayyip Erdoganqui, dans plusieurs villes du pays. Tandis qu'à Istanbul, des milliers de manifestants ont à nouveau envahi dans la soirée l'emblématique place Taksim, la police est intervenue pour les disperser en utilisant tard dans la soirée des grenades lacrymogènes, tout comme à Ankara. La Bourse d'Istanbul a dégringolé lundi de 10,47% en clôture.

L'Union des médecins (TBB) a par ailleurs confirmé lundi après-midi qu'un manifestant percuté par une voiture dimanche à Istanbul, avait succombé à ses blessures. Le jeune homme, Mehmet Ayvalitas, membre d'une association de gauche, a été renversé par un véhicule qui a foncé sur des protestataires sur une autoroute occupée par les manifestants, dans le district de Pendik, sur la rive asiatique de la mégapole, précise cette ONG dans un communiqué.

«Personne ne veut de toi Tayyip»

A Ankara ce lundi, les forces de l'ordre sont intervenues dans l'après-midi et dans la soirée alors que les manifestants, pour la plupart des jeunes et des étudiants, se réunissaient sur la place de Kizilay, centre névralgique de la capitale turque où de violents affrontements s'étaient déjà déroulés dimanche, faisant de nombreux blessés. Les opposants ont riposté par des jets de pierres vers les policiers, aidés par des canons à eau. Plusieurs milliers de personnes restent mobilisées dans le quartier résidentiel de Kavaklidere, scandant : «Personne ne veut de toi Tayyip». Dans la nuit de lundi à mardi, les unités antiémeute ont tiré des balles en caoutchouc en direction des contestataires.

Ils reprochent au Premier ministre Erdogan d'être trop conservateur et de vouloir «islamiser» la société turque. Ils pointent également du doigt un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant