Turquie : les Stambouliotes défient «Tayip le chimique»

le
0
Turquie : les Stambouliotes défient «Tayip le chimique»
Turquie : les Stambouliotes défient «Tayip le chimique»

Dans la nuit de lundi à mardi, sur les coups de minuit, une ambiance joyeuse règne sur la vaste place Taskim à Istanbul (Turquie). Des milliers de manifestants turcs, masque à gaz sur le nez, bière ou drapeau en main, déambulent dans la zone, transformée en champ de bataille. Ces résistants aux profils variés, restent déterminés à défier le Premier ministre Recep Tayip Erdogan, celui qu'ils surnomment désormais «Tayip le Chimique», malgré les violentes charges de la police.

Postée à proximité d'une statue recouverte de slogans anticapitalistes, la jeune Hande affiche ainsi un large sourire. «Recep Erdogan a fui», fanfaronne l'étudiante, faisant référence au départ à l'étranger du chef de l'AKP (Parti pour la justice et le développement) pour une visite de quatre jours. Pour la jeune Turque c'est un signe : «le mouvement prend de l'ampleur, le Premier ministre le sait et il a peur.»

A quelques barricades de là, tout aussi euphorique, son collègue Kodir se réjouit du «front commun» qui émerge contre le Premier ministre. «Tout le monde nous soutient contre Erdogan, même la Syrie, ce qui est vraiment ironique», s'emballe ce brun mal rasé. «Dans le mouvement qui rassemble des gens de tous bords, on peut voir des personnalités politiques opposées défiler ensemble. Les syndicats vont peut-être appeler à une grève générale aujourd'hui», poursuit-il.

Ozgel, plus anxieuse, pianote sur son portable, tout en observant l'hélicoptère qui survole la place. «Mes amis me préviennent quand la police arrive, et je me tiens informée des événements par Twitter et facebook, explique cette rousse de 22 ans, C'est le seul moyen d'obtenir de réelles informations car les grands médias n'informent pas, il y a de la censure.» Si cette Turque s'avoue « très choquée par la violence des policiers », Ozgel jure qu'elle continuera à venir à Taksim « jusqu'à ce que Recep Tayip Erdogan ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant