Turquie: les rebelles kurdes revendiquent l'attentat contre des soldats turcs

le , mis à jour à 16:29
0
Turquie: les rebelles kurdes revendiquent l'attentat contre des soldats turcs
Turquie: les rebelles kurdes revendiquent l'attentat contre des soldats turcs

Deux soldats ont été tués et quatre blessés samedi soir par une voiture piégée qui a visé un convoi militaire dans la province à majorité kurde de Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a revendiqué dimanche l'attaque sur son site internet, évoquant un «acte de sabotage» de ses «forces de guérilla». Dans leur déclaration, les Forces Forces de défense du peuple (HPG) prétendent avoir tué huit soldats et en avoir blessé 11 autres.

Cet attentat intervient au lendemain des frappes aériennes menées vendredi et samedi par l'armée turque sur des camps du PKK dans le nord de l'Irak et les nombreuses arrestations qui ont touché la communauté.

Dans une déclaration publiée sur son site internet, l'état-major de l'armée turque a attribué l'attaque à « l'organisation terroriste et séparatiste », le terme traditionnellement utilisé par les autorités turques pour désigner le PKK. Des points de contrôle ont aussitôt été renforcés un peu partout dans la ville.

Selon le commandement militaire, la voiture piégée a explosé à l'arrivée d'un convoi de blindés d'une unité d'élite de la gendarmerie venu en renfort d'autres gendarmes intervenant sur un incende sur une route dans le district de Lice. Deux sous-officiers ont été tués par la déflagration qui a retourné leur véhicule blindé.

La Turquie s'est résolument engagée vendredi dans la lutte contre les jihadistes de l'EI en Syrie en menant ses premières frappes sur leurs positions. Elle a dans le même temps décidé de frapper des positions du PKK dans le Kurdistan irakien, où ce groupe a des camps, en représailles des attentats des jours précédents. Mercredi, le mouvement kurde avait revendiqué l'assassinat de deux policiers dans la ville de Ceylanpinar (sud-est), à la frontière avec la Syrie, en représailles à l'attentat suicide de Suruç (sud), attribué au groupe jihadiste État islamique (EI), qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant