Turquie : le procès de 17 journalistes s'ouvre le jour célébrant la presse

le , mis à jour à 11:54
1
Turquie : le procès de 17 journalistes s'ouvre le jour célébrant la presse
Turquie : le procès de 17 journalistes s'ouvre le jour célébrant la presse

Dix-sept journalistes de l'emblématique quotidien turc Cumhuriyet, farouche critique du président Recep Tayyip Erdogan, sont jugés à partir de lundi à Istanbul, un procès qui cristallise les inquiétudes liées à la liberté de la presse en Turquie. Ces dirigeants, collaborateurs actuels ou passés du quotidien fondé en 1924, sont accusés notamment d'avoir aidé diverses «organisations terroristes armées». Ils risquent jusqu'à 43 ans de prison.

 

Le procès a démarré avec la déclinaison de l'identité des accusés, accueillis dans la salle d'audience par des applaudissements de la foule venue les soutenir, a constaté l'AFP. De nombreuses personnes, dont des journalistes et des députés de l'opposition, s'étaient rassemblées devant le tribunal dans la matinée, procédant à un lâcher de ballons multicolores et scandant : «La presse libre ne peut être réduite au silence.»

 

 

Pour les défenseurs des droits de l'Homme, cette affaire est emblématique de l'érosion des libertés depuis le putsch manqué du 15 juillet 2016, suivi de purges massives qui ont submergé les milieux critiques, des élus prokurdes aux médias, en passant par des ONG. Ce procès survient alors que des voix européennes, à commencer par celle de Berlin, se sont élevées la semaine dernière contre Ankara après l'arrestation de plusieurs militants des droits de l'Homme, dont la directrice d'Amnesty pour la Turquie et un activiste allemand. Cumhuriyet («République»), l'un des plus anciens journaux turcs, qui s'est forgé une solide réputation à force de scoops embarrassants pour le pouvoir, dénonce un procès politique visant à abattre l'un des derniers organes de presse indépendants du pays. 

 

Pour RSF, la France doit faire davantage «pression»

 

«Des journalistes sont traités comme des terroristes pour n'avoir fait que leur travail», a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de l'ONG Reporters sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7163258 il y a 5 mois

    Association d'hyper nationalisme et d'islamisme ! Cela craint grave diraient les jeunes!