Turquie: le président promulgue la loi controversée sur le contrôle d'internet

le
0
Turquie: le président promulgue la loi controversée sur le contrôle d'internet
Turquie: le président promulgue la loi controversée sur le contrôle d'internet

Le président turc Abdullah Gül a annoncé mardi soir qu'il avait promulgué la loi controversée du gouvernement renforçant le contrôle d'internet, dénoncée comme "liberticide" par l'opposition et de nombreuses ONG de défense de la liberté d'expression.M. Gül a expliqué sur son compte Twitter qu'il avait pris cette décision après avoir obtenu l'assurance du gouvernement qu'il présenterait des amendements au texte sur plusieurs points controversés."J'étais conscient des problèmes (posés par cette loi) sur deux points essentiellement (...) ces préoccupations seront prises en compte dans la loi", a déclaré le chef de l'Etat. "Afin de permettre des amendements rapides, j'ai approuvé cette loi dès mon retour de Hongrie", a-t-il ajouté.Selon les médias turcs, le gouvernement du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan a proposé mardi soir aux partis représentés au Parlement d'amender son texte sur sa disposition la plus critiquée, qui accordait à l'autorité gouvernementale des télécommunications (TIB) le droit de bloquer des sites internet sans décision de justice.L'amendement proposé impose désormais à la TIB de communiquer sa décision de blocage à un tribunal, qui aura 48 heures pour se prononcer faute de quoi celle-ci sera annulée.Le gouvernement islamo-conservateur a également restreint la possibilité accordée à la TIB de conserver pendant deux ans toute information sur les activités d'un internaute, notamment les sites qu'il a visités. Son amendement ne doit permettre de collecter ces données que sur la base des adresses IP et non plus des sites visités, selon les médias turcs.Le vice-président du groupe parlementaire du principal parti d'opposition, Akif Hamzaçebi (Parti républicain du peuple, CHP) a toutefois d'ores et déjà jugé ces avancées trop timorées. "Ces modifications sont positives, mais restent insuffisantes", a déclaré M. Hamzaçebi sur la chaîne de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant