Turquie : le président Erdogan invite les occidentaux à se «mêler de leurs affaires»

le
0
Turquie : le président Erdogan invite les occidentaux à se «mêler de leurs affaires»
Turquie : le président Erdogan invite les occidentaux à se «mêler de leurs affaires»

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rejeté vertement les critiques des Occidentaux inquiets des purges de masse en cours deux semaines après le putsch raté. «Certains nous donnent des conseils. Ils se disent inquiets. Mêlez-vous de vos affaires!», a lancé M. Erdogan depuis son palais présidentiel à Ankara. «Ces pays dont les leaders ne sont pas inquiets pour la démocratie turque, ni pour la vie de nos citoyens et leur avenir alors qu'ils sont tellement préoccupés par le sort des putschistes, ne peuvent pas être nos amis», a-t-il ajouté.

 

17 journaliste écroués

 

Le grand «coup de balai» en Turquie s'est étendu vendredi au monde des affaires, avec de premières gardes à vue de dirigeants d'entreprise. Les médias sont également en première ligne. 17 journalistes dont des figures de premier plan ont été inculpés pour appartenance «à une organisation terroriste» et écroués. Plus de 130 médias ont été fermés par le gouvernement cette semaine et près de 90 mandats d'arrêts ont été émis contre des journalistes

 

A ce jour, plus de 18.000 personnes ont été mises en garde à vue à un moment donné, dont près de 10.000 sont poursuivies et placées en détention préventive, a dit le ministre de l'Intérieur vendredi, et 3.500 ont été libérées. Accusé du putsch par le président Erdogan sans qu'aucune preuve publique n'ait été fournie, le prédicateur Fethullah Gülen a démenti tout rôle dans le coup d'Etat avorté, depuis son exil américain. Mais ses sympathisants présumés sont les victimes d'une chasse aux sorcières dans l'armée, les médias, la justice et l'éducation.

 

Le président turc a toutefois fait un geste de bonne volonté en affirmant abandonner les poursuites en justice lancées contre des personnes accusées de l'avoir insulté. Un des leaders de l'opposition était notamment poursuivi ainsi que plus de 2.000 autres personnes, selon des chiffres ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant