Turquie : le PKK revendique le meurtre de deux policiers suite à l'attentat de Suruç

le
0
Turquie : le PKK revendique le meurtre de deux policiers suite à l'attentat de Suruç
Turquie : le PKK revendique le meurtre de deux policiers suite à l'attentat de Suruç

La Turquie est a nouveau frappée de plein fouet. Deux jours après l'attentat Suruç qui a causé la mort de 32 jeunes militant kurdes, c'est au tour du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) de riposter. Les Forces de défense du peuple (HPG), la branche armée du PKK, ont revendiqué le meurtre de deux policiers turcs, qu'ils accusent d'avoir collaboré avec l'Etat Islamique dans la préparation de l'attentat suicide de Suruç. 

«Le 22 juillet vers 6h00, une action punitive a été conduite contre deux policiers qui coopéraient avec le gang de Daesh» a expliqué le HPG sur son site Internet. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a vivement réagi sur Twitter en dénonçant une «attaque méprisable» du PKK.

Les deux hommes, abattus d'une balle dans la tête, ont été retrouvés dans un immeuble de la ville de Ceylanpinar, à la frontière avec la Syrie. Un double meurtre symbolique pour le PKK qui accuse le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan de collusion avec l'Etat Islamique. 

VIDEO. Le PKK revendique le meurtre de deux policiers turcs

Soutien secret à l'Etat Islamique 

De nombreux Turcs et des membres de l’opposition suspectent le président et son parti l’AKP de soutenir secrètement l’Etat Islamique contre les combattants kurdes en Syrie. Ankara est soupçonné d'avoir fermé les yeux sur les activités de groupes jihadistes radicaux en Syrie estimant qu'ils représentaient un contre-poids aux kurdes syrien du Parti de l'union démocratique (PYD) proche des rebelles kurdes du PKK. 

Des accusations fermement rejetées par le gouvernement. Ankara a d'ailleurs entamé depuis 2012, des discussions de paix avec le PKK. Un cessez-le-feu a été décrété par le chef du PKK, Abdullah Öcalan. «Nous sommes arrivés à une phase dans laquelle les armes doivent se taire (...) et les éléments armés doivent se retirer en dehors des frontières de la Turquie», avait t-il assuré. Mais les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant