Turquie-Le parti pro-kurde lance un mouvement de protestation

le
0
    DIYARBAKIR, Turquie, 25 juillet (Reuters) - L'opposition 
parlementaire turque pro-kurde, le Parti démocratique des 
peuples (HDP), a lancé mardi un mouvement de protestation contre 
l'emprisonnement d'un grand nombre de ses élus pour leurs liens 
supposés avec les séparatistes kurdes. 
    Le gouvernement turc accuse le HDP d'être lié aux 
séparatistes kurdes Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) 
qui a lancé un mouvement d'insurrection contre l'Etat turc il y 
a plus de 30 ans. Le HDP dément de tels liens. 
    Onze députés du HDP sont en détention provisoire, ainsi que 
plus de 70 maires du parti lié au HDP dans le Sud-Est, sur des 
accusations liées au terrorisme. Leurs municipalités ont été 
reprises par des représentants de l'Etat. Plusieurs milliers de 
membres du parti ont également été arrêtés. 
    Le HDP prévoit de mener des mouvements de protestation 
ininterrompus à Istanbul, à Van, dans le sud-est, et dans le 
port d'Izmir, dans l'ouest du pays. 
    "Le fascisme ne pourra être stoppé que par une lutte 
démocratique. C'est notre message. Nous serons là pendant sept 
jours 24 heures sur 24", a déclaré aux journalistes le 
porte-parole du HDP, Osman Baydemir. "Pas de violence, pas 
d'animosité, nous ne faisons que croire que nous n'avons pas 
cédé au fascisme." 
    Le mouvement de protestation doit durer jusqu'au 4 novembre, 
anniversaire de l'arrestation de ses co-dirigeants Selahattin 
Demirtas et Figen Yuksekdag.  
    Mardi, dix parlementaires du HDP se sont rassemblés dans un 
parc public de Diyarbakir, la grande ville du Sud-Est kurde, 
sous la surveillance de plusieurs centaines de policiers, avec 
véhicules blindés et canons à eau. 
    Selon le HDP, la police avait dans un premier temps autorisé 
la manifestation, pour ensuite bloquer certains secteurs du parc 
et n'en autoriser l'accès qu'à une partie, en plein soleil. Dans 
un communiqué, le HDP précise qu'un petit nombre seulement de 
ses membres ont réussi à pénétrer dans le parc. 
    "Le blocus de ce parc est le signe de ce qui se passe 
réellement en Turquie (...)", a déclaré Osman Baydemir. "Un 
parti politique qui a obtenu 70% des voix (à Diyarbakir) ne peut 
pas organiser la réunion de son groupe dans le parc."     
    Le mouvement du HDP prend le relais de la marche de 25 jours 
organisée d'Ankara à Istanbul par le principal parti 
d'opposition, le Parti républicain du peuple (CHP, laïc) et son 
chef, Kemal Kiliçdarolu, pour protester contre la répression 
qui s'est abattue sur les personnes soupçonnées d'avoir soutenu 
le coup d'Etat manqué du 16 juillet 2016. 
    Plus de 50.000 personnes ont été arrêtées et attendent 
d'être jugées et 150.000 ont été suspendues ou démises de leurs 
fonctions depuis l'état d'urgence instauré peu après la 
tentative de putsch.  
 
 (Daren Butler et Tuvan Gumrukçu; Danielle Rouquié pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant