Turquie : le parti d'Erdogan plonge dans la tourmente

le
0
Critiqué par des cadres de l'AKP (Parti de la justice et du développement), le premier ministre craint une concurrence interne.

Mis en difficulté par une gigantesque affaire de corruption qui touche son entourage, le premier ministre turc a choisi l'attaque pour se défendre. Mais son offensive ne suffit pas à masquer les dissensions au sein de sa formation islamo-conservatrice. Le Parti de la justice et du développement (AKP) est fragilisé par les soupçons de malversations. Et l'évocation d'élections législatives anticipées, prévues normalement en 2015, montre la fébrilité des instances dirigeantes du parti, qui règne sans partage sur la vie politique turque depuis 2002.

En quinze jours, six députés ont démissionné de l'AKP. C'est du jamais-vu dans l'histoire du parti. D'autant qu'ils n'ont pas rendu leur carte sans mot dire. Ertugrul Günay, ancien ministre de la Culture venu de la gauche turque, a dénoncé «l'arrogance» du gouvernement face aux accusatio...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant