Turquie-Le décès de l'avocat kurde Elci serait dû à un tir de la police

le
0
    ISTANBUL, 30 novembre (Reuters) - Tahir Elci, avocat kurde 
de renom et militant des droits de l'homme tué ce week-end à 
Diyarbakir, dans le sud-est de la Turquie, a peut-être été tué 
par un policier pourchassant des suspects, a déclaré lundi un 
député de l'opposition prokurde.  
    La "guerre synchronisée" qu'Ankara a déclarée en juillet aux 
djihadistes syriens de l'Etat islamique et au Parti des 
travailleurs du Kurdistan (PKK) a fait voler en éclats le 
cessez-le-feu qui était en vigueur avec les Kurdes depuis deux 
ans dans la région.  
    Le Parti démocratique des peuples (HDP), mouvement prokurde, 
a réclamé l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le décès 
de Tahir Elci.  
    Les enquêteurs de la police et du parquet dépêchés lundi sur 
les lieux où il a été tué ont été pris à partie par des 
manifestants qui ont ouvert le feu et lancé des cocktails 
Molotov, selon le procureur de Diyarbakir.  
    "Le rapport d'autopsie et les images des caméras de 
surveillance montrent qu'Elci a été tué par un tir de la 
police", écrit Danis Bestas, député du HDP, dans un courrier 
électronique adressé au ministère de l'Intérieur. 
    "La séquence montre un individu courant en direction de 
Tahir Elci et la police ouvrant le feu sur cette personne. On 
peut voir un policier en civil vêtu de marron tirer en direction 
de Tahir Elci puis regarder vers la caméra pour voir s'il est 
filmé", ajoute-t-il.  
    Peu avant son décès, deux policiers avaient été tués dans 
une rue voisine lors d'un contrôle routier et le procureur a 
imputé leur mort aux séparatistes du PKK.  
    Selon le Premier ministre Ahmet Davutoglu, Tahir Elci 
pourrait avoir été victime d'une balle perdue.   
    Dimanche, lors des obsèques de l'avocat, certains ont 
exprimé des doutes quant à la détermination des autorités à 
faire la lumière sur cette affaire.  ID:nL8N13O0R1  
    Ce lundi, des affrontements ont par ailleurs coûté la vie à 
un militaire et à trois membres du PKK dans la province de 
Mardin, voisine de celle de Diyarbakir, selon l'armée turque.  
 
 (Daren Butler, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant