Turquie : le blocage de YouTube levé par la cour constitutionnelle

le
0
Turquie : le blocage de YouTube levé par la cour constitutionnelle
Turquie : le blocage de YouTube levé par la cour constitutionnelle

La Cour constitutionnelle turque a ordonné jeudi la levée du blocage de l'accès à YouTube. Cette censure avait été imposée par le gouvernement islamo-conservateur il y a deux mois. La Cour constitutionnelle a estimé que cette décision enfreignait la liberté d'expression, ont rapporté les médias turcs.

Interdit en raison de la «sécurité nationale»

Les autorités turques avaient bloqué le 27 mars l'accès à la plateforme d'échange de vidéos pour des raisons de «sécurité nationale», après la diffusion de l'enregistrement pirate d'une réunion confidentielle de hauts responsables turcs sur la guerre en Syrie. Un enregistrement d'une réunion confidentielle évoquant une intervention militaire turque en Syrie avait été diffusé sur la plateforme. Trois jours avant des élections municipales cruciales pour le gouvernement, cette fuite avait provoqué la colère du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Le chef du gouvernement avait dénoncé un «acte ignoble, lâche, immoral» et promis à ses auteurs de les poursuivre «jusque dans leurs caves».

Les réseaux sociaux s'étaient indignés de cette décision. Ici on peut lire sur un écran «Yes we ban» (Oui nous censurons), une parodie du slogan de Barack Obama pour sa campagne «Yes we can» (Oui nous pouvons)

Turquie: chasse aux sorcières contre Gülen après une autre fuite http://t.co/jnDMhBUGw8 #AFP pic.twitter.com/XWtaAxt3Eh? Amandine Ambregni (@AAmbregni) March 29, 2014

L'arrêt de la plus haute instance judiciaire du pays s'impose à l'autorité administrative des télécommunications (TIB), qui a mis en ?uvre l'interdiction. Saisis par des internautes, plusieurs tribunaux turcs avaient déjà jugé l'interdiction de YouTube contraire à la liberté d'expression. Le gouvernement avait néanmoins refusé de lever sa décision, largement contournée par les utilisateurs.

La Cour constitutionnelle avait déjà imposé, début avril, au gouvernement du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant