Turquie : la police disperse des milliers de manifestants à Ankara

le
0
Turquie : la police disperse des milliers de manifestants à Ankara
Turquie : la police disperse des milliers de manifestants à Ankara

Après 48 heures d'affrontements entre manifestants et policiers, des incidents ont éclaté dans la nuit de samedi à dimanche à Ankara et à Istanbul (Turquie). Dans ces deux villes, des manifestants ont tenté de rejoindre les bureaux du Premier ministre Recep Tayyip Erdogan selon les médias turcs.

Après une courte accalmie, les manifestants ont réinvesti les deux plus grandes villes du pays ce dimanche. Dans la capitale Ankara, la police a dispersé dans l'après-midi, par des jets de grenades lacrymogènes et des canons à eau, une foule de plusieurs milliers de personnes qui marchaient à nouveau en direction des bureaux du Premier ministre Recep Tayyip Erdoganen, chantant des slogans hostiles au chef du gouvernement. Les manifestants ont riposté en lançant des pavés, avant de détruire des panneaux d'affichage et des feux tricolores et de briser les vitres des commerces environnants. Des véhicules ont également été incendiés.

Selon l'agence Anatolie, ces échauffourées ont fait 56 blessés parmi les forces de l'ordre.

Un total de 235 manifestations ont été recensées dans tout le pays depuis le 28 mai, selon le ministre de l'Intérieur. Muammer Güler a précisé que la police a interpellé plus de 1.700 personnes dans ces manifestations, et la plupart ont été remises en liberté.

VIDEO. Affrontements à Istanbul: le «Printemps turc» est-il en marche ?

La place Taksim et le petit parc Gezi, dont le projet de suppression a déclenché le mouvement de protestation antigouvernemental vendredi, ont été occupés toute la nuit par des centaines de manifestants qui ont fêté le départ des policiers, considéré comme un recul du Premier ministre. Des nombreuses barricades restaient dressées dimanche matin dans plusieurs rues qui mènent à la place.

Confronté à l'un des plus importants mouvements de contestation populaire depuis l'arrivée de son parti islamo-conservateur au pouvoir en 2002, Recep Tayyip Erdogan...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant