Turquie : «La patience du gouvernement a des limites», menace Erdogan

le
1
Turquie : «La patience du gouvernement a des limites», menace Erdogan
Turquie : «La patience du gouvernement a des limites», menace Erdogan

Au dixième jour de la contestation contre le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, pro et anti gouvernement mobilisaient leurs troupes ce dimanche. Alors que les protestataires ont une nouvelle fois occupé la rue à Istanbul, Ankara ou Izmir exigeant sa démission, Erdogan a averti dans la capitale turque que la patience avait «des limites», revenant sur son discours plus apaisant de vendredi.

Le Premier ministre a lancé dimanche sa contre-offensive. Tout au long de la journée, il a multiplié les discours télévisés devant des foules de partisans réunis par son Parti de la justice et du développement (AKP) pour occuper l'espace médiatique, un enjeu vital dans l'affrontement qui l'oppose aux manifestants qui défient son autorité. Présentant à nouveau son parti islamo-conservateur comme «le parti des 76 millions» (le nombre d'habitants en Turquie), il a lance devant des milliers de partisans réunis à l'aéroport d'Adana, dans le sud du pays : «Il n'y a plus que sept mois jusqu'aux élections locales (des municipales, en mars 2014, ndlr). Je veux que vous donniez à ces gens une première leçon par des voies démocratiques dans les urnes».

Deux meetings déjà prévus le week-end prochain

A son arrivée en fin de journée à Ankara, Erdogan a menacé : «Nous restons patients, nous sommes toujours patients, mais notre patience à des limites. Nous ne rendrons pas de comptes à des groupes marginaux mais devant la nation (...) La nation nous a amenés au pouvoir et c'est elle seule qui nous en sortira», a-t-il poursuivi devant la foule chauffée à blanc qui scandait : «La Turquie est fière de toi». «Vous parlez de démocratie, de libertés et de droits, mais vous ne les obtiendrez pas par la violence mais par la loi», a-t-il dit à l'adresse des protestataires.

L'AKP a d'ores et déjà prévu d'organiser deux réunions publiques de masse samedi prochain à Ankara et le lendemain à Istanbul, officiellement pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le lundi 10 juin 2013 à 00:01

    Guerre civile bientôt, Islamistes-Erdogan contre libertés « Occidentale ». Après avoir mis l'armée au pas en emprisonnant tous les militaires à la pensée libérale.