Turquie : la mort d'un manifestant ravive la contestation anti-Erdogan

le
0
Turquie : la mort d'un manifestant ravive la contestation anti-Erdogan
Turquie : la mort d'un manifestant ravive la contestation anti-Erdogan

La mort lundi soir d'un jeune manifestant turc lors d'affrontements avec la police à Antakya (Turquie) pourrait raviver la contestation qui a ébranlé en juin le pouvoir islamo-conservateur turc de Recep Tayyip Erdogan.

Le jeune manifestant, Ahmet Atakan, âgé de 22 ans, est mort à l'hôpital à Antakya, dans le sud de la Turquie, des suites de ses blessures après une manifestation qui a rassemblé 150 contestataires lundi. Selon les médias turcs, la police anti-émeutes aurait lancé des grenades lacrymogènes dont une aurait mortellement touché le jeune Ahmet à la tête. Ce dernier était venu manifester en mémoire d'un autre jeune tué à Antakya, fief de la fronde anti-régime cet été.

«Les forces de l'ordre n'intervenaient pas» contre les protestataires

Mais les autorités locales ont réfuté cette thèse, affirmant que le jeune homme était tombé du toit d'un bâtiment lors des incidents alors qu'il répliquait avec des pierres à l'intervention policière. La direction générale de la police a également indiqué que lors du drame «les forces de l'ordre n'intervenaient pas» contre les protestataires.

Une autopsie préliminaire, dont les conclusions ont été rapportées par l'agence de presse Dogan, établit que la victime est morte d'«un traumatisme général» et d'«une hémorragie cérébrale».

Le ministère de l'intérieur a chargé des inspecteurs d'enquêter sur cette affaire.

Après ce nouveau décès, qui porte à six le bilan de la contestation depuis juin, de nouveaux appels à manifester ont été immédiatement lancés. Les contestataires se retrouveront ce mardi soir sur les deux rives d'Istanbul, notamment sur la place de Taksim, lieu emblématique du mouvement anti-gouvernemental entamé en juin.

Depuis le début de septembre et avec la rentrée universitaire, les manifestations dénonçant la dérive autoritaire du pouvoir ont en fait repris graduellement, à Istanbul et Ankara ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant