Turquie: la justice ordonne la levée du blocage du réseau Twitter

le
0
Turquie: la justice ordonne la levée du blocage du réseau Twitter
Turquie: la justice ordonne la levée du blocage du réseau Twitter

La justice turque a défié mercredi le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan en ordonnant la levée du blocage du réseau Twitter, largement dénoncé comme étant une mesure de "censure" et la marque de la dérive autoritaire de son régime.Saisi par l'opposition et des associations turques, un tribunal administratif d'Ankara a jugé cette décision "contraire aux principes de l'Etat de droit" et prescrit sa suspension à l'autorité administrative des télécommunications (TIB).Le gouvernement a fait savoir qu'il se conformerait à ce jugement. "Nous appliquerons la décision du tribunal. Elle peut ne pas nous satisfaire, mais nous nous y conformerons", a assuré le vice-Premier ministre Bülent Arinç devant la presse.Le blocage restait toutefois effectif mercredi, le TIB disposant d'un délai de trente jours pour appliquer la décision du tribunal, qu'il en fasse appel ou pas.A quelques jours d'élections municipales sous haute tension, cet organe placé sous l'autorité du gouvernement avait interdit l'accès à Twitter sur instructions expresses de M. Erdogan, décidé à en finir avec la diffusion quotidienne sur internet, depuis des semaines, d'accusations de corruption qu'il considère comme un "montage".Depuis sa mise en oeuvre jeudi, M. Erdogan a expliqué plusieurs fois sa décision, dénonçant la publication sur le net d'attaques qui "menacent la sécurité" de la Turquie.Sans commenter les conclusions des juges, le Premier ministre a encore accusé Twitter de "ne pas respecter les lois turques et de traiter la Turquie comme un pays du Tiers-Monde", mercredi pendant une réunion électorale à Karabuk (nord).Le principal parti d'opposition, qui figure parmi les plaignants, s'est de son côté réjoui de la décision du tribunal administratif d'Ankara."On ne peut pas laisser la technologie être réduite au silence par un régime totalitaire", a déclaré à l'AFP un des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant