Turquie : la France à la reconquête de marchés perdus

le
0

La délégation des entreprises françaises espère être concurrente sur les appels d'offres publics turcs dans le ferroviaire, l'hospitalier, le solaire ou l'éolien, des marchés dont la France a été largement écartée ces dix dernières années.

Faire oublier les différends politiques pour regagner la part de marché de la France, qui est passée de 6,3% en 2002 à 3,2% l'année dernière, est un objectif majeur de la visite que François Hollande a entamée en Turquie hier. Si aucune signature de contrats d'envergure n'est au programme, la délégation composée de sept ministres et d'une quarantaine de patrons va chercher à positionner les entreprises tricolores sur un marché qui offre toujours de très belles opportunités, avec une croissance qui a atteint 4% en 2013. Mardi, un petit déjeuner de François Hollande avec les dirigeants et des patrons de la Tüsiad, association qui regroupe les six cents groupes principaux turcs, suivi sur les rives du Bosphore d'un Forum économ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant