Turquie-La croissance soutenue par les salaires et les réfugiés

le
1
    ANKARA, 10 juin (Reuters) - La croissance de l'économie 
turque a atteint 4,8% en rythme annuel au premier trimestre, 
montrent les statistiques officielles publiées vendredi, un 
chiffre supérieur aux prévisions soutenu par les hausses de 
salaires et par les dépenses de consommation des réfugiés 
syriens. 
    Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient en 
moyenne une hausse de 4,5% seulement du produit intérieur brut 
(PIB) par rapport aux trois premiers mois de 2015.  
    La demande intérieure a contribué à hauteur de six points à 
la croissance, précisent les statistiques, alors que la demande 
extérieure a représenté une contribution négative de 1,5 point, 
les importations ayant dépassé les exportations. 
    Des économistes explique que la hausse des traitements des 
fonctionnaires et le relèvement de 30% du salaire minimum - une 
promesse de l'AKP, le parti au pouvoir, pendant la campagne des 
législatives de l'an dernier - avaient contribué à soutenir la 
croissance durant les premiers mois de l'année, tout comme la 
présence dans le pays de plus de 2,7 millions de réfugiés 
syriens.  
    "Parmi les facteurs alimentant la demande intérieure 
figurent l'impact global des migrants syriens sur l'économie et 
les promesse pré-électorales de l'AKP", a déclaré à Reuters 
Mehmet Besimoglu, chef économiste d'Oyak Securities.  
    Le ministre des Finances, Naci Agbal, et celui du 
Développement ont déclaré que la Turquie était bien partie pour 
atteindre l'objectif officiel d'une croissance de 4,5% cette 
année.  
    Naci Agbal a ajouté que les réformes structurelles et 
l'intégration avec l'Union européenne devraient permettre au 
pays de réaliser des performances économiques supérieures à 
celles des autres grands pays émergents. 
     
 
 (Nevzat Devranoglu; Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • emresibe il y a 6 mois

    respect à la Turquie qui accueille des réfugiés et qui prospère pas comme les pays hypocrite comme la france