Turquie : la communauté internationale appelle à l'apaisement

le
2
Après le nettoyage de la place Taksim ordonné par le premier ministre, plusieurs pays réclament à Ankara le retour à une phase de dialogue. Erdogan, jusqu'ici inflexible, doit recevoir des représentants de la contestation.

Mardi, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a fait évacuer par la force et à deux reprises la place Taksim d'Istanbul, prévenant qu'il n'aurait plus «aucune tolérance» envers ce mouvement. Une réaction autoritaire condamnée par la communauté internationale, qui s'interroge désormais sur la légitimité d'Ankara en vue d'une éventuelle adhésion à l'Union européenne.

La Maison-Blanche est la première à avoir réagi. Pourtant proche alliés de la Turquie, les États-Unis se disent préoccupés par les risques d'atteinte à la liberté d'expression. «Nous continuons de suivre les événements en Turquie avec préoccupation et notre intérêt réside dans le soutien à la liberté d'expression et de réunion, y compris le droit à m...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • emresibe le mercredi 12 juin 2013 à 16:24

    IL FAUT UTILISER LA FORCE AVEC CES ANARCHISTES, CES VOYOUS ET BANDITS

  • emresibe le mercredi 12 juin 2013 à 16:23

    ON LES EMM.ERDES.