Turquie-Erdogan veut une autre Constitution après le scrutin de 2015

le
0

ISTANBUL, 1er octobre (Reuters) - Le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré mardi que l'élaboration d'une nouvelle Constitution après les élections législatives de juin 2015 serait une priorité pour la Turquie. Erdogan, devenu en août le premier président à se faire élire au suffrage universel direct, après avoir été Premier ministre pendant 12 ans, ne fait aucun mystère de son ambition de modifier la Constitution actuelle afin de renforcer les prérogatives du chef de l'Etat, mais ses adversaires politiques voient là un risque de dérive autoritariste. "Juste après les élections de 2015, tous les partis représentés au parlement(...)devront sans préjugés s'unir pour rédiger une nouvelle Constitution, basée sur la réconciliation", a dit le chef de l'Etat dans son discours d'ouverture de la session parlementaire. "Une nouvelle Constitution, qui correspondra à la nouvelle Turquie, renforcera le pays et lui fournira une assise solide", a-t-il dit. Cela fait longtemps que Recep Tayyip Erdogan promet une nouvelle Constitution, destinée à remplacera celle de 1980, imposée après un coup d'Etat militaire et qui, malgré de nombreuses révisions, porte toujours la signature de l'armée, longtemps garante de l'héritage laïque de Mustafa Kemal, dit Atatürk. L'issue des législatives de juin 2015 sera cruciale pour l'élaboration d'une nouvelle Constitution. Si l'AKP (Parti de la justice et du développement, au pouvoir) peut disposer d'une majorité des deux tiers, il sera à même d'engager des réformes constitutionnelles sans avoir besoin du soutien de l'opposition. L'AKP, qu'Erdogan a fondé en 2001, détient aujourd'hui 313 des 550 sièges, soit une forte majorité sans pour autant atteindre le seuil des deux tiers. (Ece Toksabay; Eric Faye pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant