Turquie : Erdogan renforce sa mainmise sur la justice

le
0
Le Premier ministre de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, fait le ménage autour de lui.
Le Premier ministre de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, fait le ménage autour de lui.

Chaque jour, de nouveaux noms viennent s'ajouter à la "liste noire" établie par Recep Tayyip Erdogan. Plusieurs centaines de responsables de la police turque auraient été remerciés ou mutés depuis qu'a éclaté le scandale de corruption qui cerne le Premier ministre turc. La presse d'opposition avance même le chiffre de 2 500. Dans toutes les provinces, toutes les sous-divisions de l'administration, la purge se poursuit. Le chef du gouvernement, qui affirme être victime d'un complot orchestré par les membres de la confrérie de Fethullah Gülen qu'il accuse d'avoir noyauté la police et la justice, a décidé de lancer le grand nettoyage. L'appareil judiciaire, qui mène la fronde contre l'entourage de Recep Tayyip Erdogan, est particulièrement visé. Vendredi, la commission parlementaire sur les questions de justice doit porter à l'ordre du jour une proposition de loi qui renforcerait le contrôle de l'exécutif sur la justice en donnant plus de pouvoir au gouvernement dans la procédure de nomination des procureurs et des magistrats. Les nominations à l'Académie de justice et à la Cour constitutionnelle seront plus étroitement contrôlées et le haut conseil de la magistrature (HSYK) serait de nouveau sous la tutelle du ministre de la Justice. Cette institution avait pourtant fait l'objet d'une profonde réforme, en 2011, sur les recommandations de l'Union européenne. Dans ce contexte, le nouveau ministre de la Justice, Bekir Bozdag, a bloqué une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant