Turquie : Erdogan promet d'éradiquer «le virus» du putsch

le , mis à jour à 22:04
0
Turquie : Erdogan promet d'éradiquer «le virus» du putsch
Turquie : Erdogan promet d'éradiquer «le virus» du putsch

Deux jours après la tentative de putsch avortée contre Recep Tayyip Erdogan, dont le dernier bilan officiel fait état de 290 morts et plus de 1 400 blessés, Ankara poursuit l’épuration au sein de son armée. Dimanche matin, 6 000 personnes étaient en garde à vue. Le ministre de la Justice, Bekir Bozdag, n’a même pas tenté de cacher le but de ces interpellations. «Le grand ménage continue», a-t-il lancé à l’agence de presse pro-gouvernementale Anadolu. Il s’attend même à de nouvelles arrestations dans les heures à venir. Jusqu’ici, les interpellations ont visé essentiellement des militaires – 2 839 ont été arrêtés selon les autorités turques – et plus de 2700 magistrats.

 

Lors d'une cérémonie à la mosquée Fatih, à Istanbul, en mémoire des victimes des putschistes, Erdogan a promis « d'éliminer le virus de toutes les institutions étatiques ». « Hélas !, a-t-il poursuivi, ce virus, comme un cancer, s'est propagé à tout l’État », a-t-il lancé.

 

Micro en main dans une foule de fidèles, le président turc a aussi appelé ses partisans à continuer de tenir la rue pour manifester leur soutien au régime.

 

Samedi, le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a déclaré à propos des putschistes qu'ils «se verront infliger la peine qu’ils méritent», évoquant un possible rétablissement de la peine de mort, abolie en Turquie depuis douze ans. Le chef de l’Etat, Recep Tayyip Erdogan a lui aussi abordé cette question, déclarant qu’elle devrait être « analysée et débattue » dans les semaines à venir.

 

 

Poutine appelle Erdogan

 

Dimanche matin, le président turc a  par ailleurs reçu un appel de Vladimir Poutine, qui lui a «présenté ses condoléances parmi les civils et les policiers qui s'opposaient aux conspirateurs, et a souhaité un retour rapide à l'ordre constitutionnel et à la stabilité», selon un communiqué du Kremlin. Le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant