Turquie : «Erdogan ne semble pas avoir pris la mesure de l'événement»

le
0
INTERVIEW - Pour Jean Marcou, professeur à l'Institut d'études politiques de Grenoble et spécialiste de la Turquie, la réaction «déconcertante» du premier ministre turc «ternit son image».

LE FIGARO. - Peut-on déjà parler de «Printemps turc»?

Jean MARCOU. - Nous sommes plutôt dans un mouvement citoyen du type Indignés qui risque de perdurer. Il s'inscrit dans une série de conflits sociaux, par exemple la grève des ouvriers de l'entreprise d'État Tekel en 2009 ou bien les mouvements de contestation dans les universités en 2010 puis 2012... La nouveauté, c'est que le mouvement de protestation a gagné de nombreuses villes et que nous ne sommes plus dans des revendications sectorielles. Il reflète l'inquiétude qu'inspire l'évolution de l'AKP à une partie de l'opinion publique. Après trois législatures successives, l'AKP a de plus en plus de pouvoir et le fait sentir. Il s'appuie sur la légitimité des urnes pour impos...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant