Turquie : Erdogan n'exclut pas un référendum sur la place Taksim

le
0
Turquie : Erdogan n'exclut pas un référendum sur la place Taksim
Turquie : Erdogan n'exclut pas un référendum sur la place Taksim

Au lendemain de sa démonstration de force face aux protestataires, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan n'exclut pas l'organisation d'un référendum à Istanbul sur le projet d'aménagement de la place Taksim, à l'origine de la fronde depuis le 31 mai. C'est ce qu'a indiqué mercredi soir le vice-Premier ministre Huseyin Celik après un long entretien avec une délégation onze personnes, issues de la société civile, experts ou artistes ou encore membres d'ONG censés représenter les contestataires.

«Nous pourrions soumettre cette question à un vote populaire à Istanbul (...) en démocratie, seule la volonté du peuple compte», a précisé le vice-Premier ministre, en demandant une nouvelle fois aux manifestants qui occupent toujours le petit parc Gezi, adjacent à la place Taksim, de le quitter «le plus vite possible». «La vie doit revenir à la normale dans le parc Gezi (...) je crois qu'après ce geste de bonne volonté (l'éventualité d'un référendum, ndlr), les jeunes vont décider de le quitter», a-t-il poursuivi. Cet espace vert de 600 arbres, désormais célèbre, serait voué à la destruction avec le projet de réaménagement souhaité par le gouvernement.

Un rendez-vous de pure forme, selon les contestataires

«Nous leur avons dit (au gouvernement, ndlr) que nous n'avions aucune autorité pour dire quoi que ce soit sur les projets du gouvernement», a déclaré à la presse une des onze personnes reçues, Ipek Akpinar. Avant la réunion avec le Premier ministre, la légitimité de la délégation reçue avait été largement remise en cause par les manifestants, qui ne voulaient y voir qu'un rendez-vous de pure forme. «Je n'espère rien de cette rencontre car une fois de plus, il (Erdogan, ndlr) a choisi lui-même les personnes qu'il voulait rencontrer», a regretté une occupante de la première heure du parc Gezi, qui a refusé de s'identifier. «On a l'impression aujourd'hui que notre Premier ministre se moque de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant