Turquie-Erdogan inaugure un nouveau pont suspendu sur le Bosphore

le
0
    GARIPCE, Turquie, 26 août (Reuters) - Le président turc 
Recep Tayyip Erdogan a inauguré vendredi un nouveau pont 
suspendu reliant les rives européenne et asiatique du détroit du 
Bosphore, un des projets d'infrastructures géants avec lesquels 
il espère laisser son nom dans l'Histoire. 
    L'ouvrage, qui s'inspire du pont de Brooklyn, à New York, 
fait 1,4 km de long et 59 m de large et ses pylônes sont plus 
haut que la Tour Eiffel. 
    "Quand un homme meurt, il laisse derrière lui un monument", 
a déclaré Recep Tayyip Erdogan à la foule agitant des drapeaux 
turcs rassemblée sur les rives du Bosphore. 
    Le chef de l'Etat entend multiplier les projets de ce genre 
pour soutenir la croissance économique du pays mais aussi 
s'imposer comme le dirigeant turc le plus influent depuis 
Mustafa Kemal Atatürk, le fondateur de la Turquie moderne. 
    "Sois fière de ta puissance, Turquie", disait un spot 
télévisé diffusé avant l'inauguration du pont Yavuz Sultan 
Selim, nommé d'après un sultan ottoman du XVIe siècle. 
    Ce projet d'un coût d'environ 3 milliards de dollars vise à 
faciliter le contournement d'Istanbul, une mégapole qui a connu 
une profonde mutation sous l'impulsion d'Erdogan au cours de la 
décennie écoulée, avec de nouveaux gratte-ciel et autoroutes et 
un triplement de la longueur du réseau de métro. 
    Il y a trois ans, le gouvernement s'est engagé à investir 
200 milliards de dollars dans les infrastructures pendant une 
décennie, un programme auquel qu'il a promis de respecter malgré 
les difficultés économiques du pays, avec un ralentissement de 
la croissance depuis 2011, une tentative de coup d'Etat avortée 
en juillet et la multiplication des attentats. 
    L'inauguration du pont Yavuz Sultan Selim, un des plus 
grands ouvrages suspendus au monde, capable de résister à des 
vents de 300 km/h, lui permet de démontrer qu'il tient ses 
engagements. 
    Construit par les sociétés italienne Astaldi  AST.MI  et 
turque IC Ictas, qui en assureront conjointement l'exploitation 
pendant 10 ans, le pont relie la région de Garipce, sur la rive 
européenne, à celle de Poyrazkoy, du côté asiatique. 
    Les autorités estiment qu'il va permettre de désengorger la 
ville de 14 millions d'habitants, de réduire la consommation 
d'essence et de fluidifier les transports. 
    Le projet a en revanche été critiqué par les défenseurs de 
l'environnement car il menace la seule région boisée d'Istanbul 
et risque de contaminer la nappe phréatique, tandis que certains 
économistes ont estimé qu'il ne serait jamais rentable. 
    Les grands projets d'infrastructures ont permis à la Turquie 
d'attirer 45 milliards de dollars d'investissements privés l'an 
dernier, soit 40% des investissements dans le monde, selon la 
Banque mondiale. 
    Parmi les projets les plus en vue figurent la construction 
du plus grand aéroport du monde à Istanbul et la percée d'un 
canal qui transformera une partie de la ville en île. 
     
 
 (Ayla Jean Yackley; Tangi Salaün pour le service français) 
 )

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant